X

Liban

Élection sous pression d’un nouveau comité de parents d’élèves de l’IC de Aïn Aar

Crise des écoles privées

Le comité sortant, en froid avec la direction de l’établissement, a finalement été battu.

24/11/2018

Les parents d’élèves de l’IC (International College) de Aïn Aar ont voté hier après-midi pour élire leur nouveau comité, après un premier tour marqué par l’absence de quorum, il y a une semaine. En milieu de soirée, hier, on apprenait que le comité sortant, en conflit ouvert avec la direction de l’établissement sur le budget scolaire, avait été battu.

Le scrutin s’était déroulé sous pression, le comité sortant ayant brigué un nouveau mandat. Sa reconduite pouvait entraîner la fermeture de l’école dès la fin de l’année scolaire 2018-2019. C’est du moins, selon certains observateurs, ce que laissait deviner la direction, qui espérait ainsi encourager les parents d’élèves à voter pour un nouveau comité, lequel avaliserait le budget scolaire et donc les augmentations des écolages découlant de l’application de la loi 46 sur l’échelle des salaires. Depuis août 2017, l’IC de Aïn Aar n’a cessé d’affirmer qu’il applique intégralement la loi et verse à ses enseignants la totalité des augmentations de salaire, de l’ordre de 40 % environ, imposées par la législation. Mais l’école ne peut, sur décision de justice et depuis le recours présenté par certains parents, obliger les parents d’élèves à s’acquitter des augmentations des frais de scolarité qui en découlent. Des augmentations qui dépassent 1 000 dollars par élève, portant les écolages à plus de 12 000 dollars. « Ne bénéficiant du soutien financier d’aucune congrégation, l’administration ne peut indéfiniment puiser dans ses réserves », dit-on dans les milieux proches de l’institution. Sans l’augmentation nécessaire des écolages pour compenser les hausses de salaire des enseignants, « l’IC de Aïn Aar pourrait ne pas tenir plus d’un an », ajoutent certains, des informations qu’il n’a pas été possible de confirmer. Ce qui est sûr, c’est que l’IC est « une institution éducative à but non lucratif, qui ne compte que sur les écolages et sur quelques aides ponctuelles pour accomplir sa mission et améliorer l’infrastructure de ses bâtiments ». En contrepartie, le collège assure à ses élèves une grande variété de formations et de diplômes, le bac libanais, le bac français, le bac international et le niveau high school (première année d’université).

Quel serait le sort des 847 élèves scolarisés à l’IC de Aïn Aar, du primaire au complémentaire ? Nul pour l’instant ne veut y penser, préférant espérer une issue positive au conflit qui s’éternise entre l’administration du collège et le comité sortant des parents d’élèves. « Je pense que pour l’instant, il s’agit d’un simple avertissement adressé par la direction aux parents d’élèves, afin qu’ils réalisent qu’en cas de réélection du comité sortant, le blocage persistera », estimait de son côté le président du syndicat des enseignants de l’école privée, Rodolphe Abboud, également enseignant à l’IC de Beyrouth. Mais il s’agissait bien pourtant d’une réelle mise en garde contre une fermeture de l’établissement en cas de réélection du comité de parents sortant, lequel persistait dans son refus d’avaliser le budget de l’école et les augmentations des frais de scolarité.


Pour mémoire

À Beyrouth, les représentants du réseau MLF-monde veulent reconquérir la confiance des parents d’élèves

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zabal Jean Louis

A 12.000$ et a but non lucratif ,c'est se moquer de qui ?
Bien sur que des dépenses doivent être gentiment gonflées pour le bien de certains.
Et sous la pression ,ils ont fait voter un conseil plus clément a toutes les dépenses ?en menaçant de fermer l'établissement !!!

C'est un Carlos Ghosn qu'il vous faut a l'IC pour régler vos finances !

J'adore a but non lucratif ! comme ca sonne honnête.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants