X

Dernières Infos

Gaza : 25 blessés par des tirs israéliens dont un cameraman d'AP, annonce le ministère de la Santé

AFP
19/11/2018

Vingt-cinq Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens lundi dans le nord de la bande de Gaza, dont un caméraman travaillant pour l'agence de presse américaine Associated Press (AP), a annoncé le ministère de la Santé gazaoui.

Le journaliste Rached Rachid a été touché par une balle à la cheville au moment où il filmait des centaines de Palestiniens manifestant près de la barrière séparant l'enclave palestinienne d'Israël, a dit le porte-parole du ministère. Il a été transporté à l'hôpital.

Ces manifestations, qui ont lieu tous les lundis dans la localité de Beit Lahya, font partie du mouvement de protestation lancé fin mars dans l'enclave dirigée par le Hamas pour exige la levée du blocus israélien étouffant la bande de Gaza depuis plus d'une décennie.

Selon une porte-parole de l'armée israélienne, 750 Palestiniens ont participé à des "désordres" près de la frontière en jetant des pierres vers des soldats, qui ont répliqué "en utilisant des moyens anti-émeutes et en tirant conformément aux procédures opérationnelles habituelles". Elle n'a pas donné de précisions sur le nombre de Palestiniens touchés par ces tirs.

Les manifestants réclament également le droit au retour des réfugiés qui ont fui ou qui ont été chassés de leurs terres lors de la création d'Israël en 1948.

Au moins 235 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de ces manifestations ou dans des bombardements depuis le début du mouvement de protestation. Deux soldats israéliens ont été tués et un Palestinien est mort à la suite de l'explosion d'une roquette tirée de Gaza vers le sud d'Israël.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué