X

Liban

La pollution bactériologique fait rage dans la banlieue sud de Beyrouth

Ressources hydrauliques

Alors que le débat sur les sources de cette pollution bactériologique fait rage, des militants forment un comité de suivi « pour que des solutions radicales soient trouvées ».

09/10/2018

Ces derniers jours, une image a circulé sur les réseaux sociaux montrant les résultats d’un test effectué sur l’eau d’un des quartiers de la banlieue sud de Beyrouth, avec l’inscription : « Non conforme aux normes ». L’échantillon avait été prélevé par un particulier vivant dans un des quartiers de Haret Hreik, qui a indiqué sous le sceau de l’anonymat au site Lebanon Debate que cette eau polluée provient tantôt de puits artésiens privés, tantôt du réseau de l’État, mais que la mauvaise qualité est la même dans les deux cas. Il précise également que les tests ont été effectués par l’Institut de recherches agricoles du Liban (IRAL), organisme public, qui a conclu « à la présence de pollution bactériologique dans l’eau ».

Ce qui a provoqué le ras-le-bol des habitants de ce quartier, c’est l’hospitalisation de nombre d’entre eux au courant des semaines passées, et la conclusion des médecins qui suspectent un lien avec la consommation de l’eau. Or le problème s’est généralisé et il n’est pas nouveau, indique à L’Orient-Le Jour Ali Darwiche, président de l’association écologique Green Line et habitant de Haret Hreik. Pour lui, « l’eau est pratiquement tout le temps salée, et dégage souvent une odeur d’égout, qu’elle provienne de puits ou des sources de l’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban ».

L’Office des eaux, justement, alerté par les plaintes des habitants, a prélevé hier des échantillons des environs du quartier en question. Ahmad Hatoum, vice-président du conseil municipal de Haret Hreik, assure à L’OLJ qu’il « suit de près cette affaire avec l’Office des eaux et que les résultats des tests seront publiés dès qu’ils seront prêts ». Et sur la cause de la pollution, il est formel : « Nous effectuons souvent des tests sur l’eau pourvue par l’État, et les résultats se recoupent avec ceux de l’Office des eaux, prouvant que la qualité est satisfaisante. D’un autre côté, nous recevons souvent des plaintes d’habitants, de bâtiments qui disposent d’un puits artésien. C’est là que résident les problèmes majeurs. »

Sur l’affaire du test effectué par un habitant et publié sur les réseaux sociaux, il se demande « comment l’échantillon a été prélevé et quelle est par conséquent la fiabilité du test ». « Il ne s’agit pas d’affoler la population, dit-il. Il est vrai que le nombre de puits, quelque 3 000 dans toute la banlieue, est source de problèmes, surtout en période sèche où les besoins dépassent la capacité d’approvisionnement, mais l’eau n’est pas irréversiblement polluée. »

Tel n’est pas du tout l’avis de Ali Darwiche, qui insiste sur le fait que « la qualité de l’eau est mauvaise quelle que soit la source ». « On nous dit que l’eau pourvue par l’État est de bonne qualité, mais à quel niveau l’ont-ils testée, à la source ou telle qu’elle arrive dans les maisons ? » se demande-t-il. L’écologiste fait remarquer que l’état des réseaux, majeurs ou secondaires, n’a pas vraiment connu d’amélioration au cours des années. « Quand l’eau est rare, que les tuyaux ne sont pas toujours remplis et qu’il y a une différence de pression entre les différentes parties du réseau, qu’est-ce qui empêche alors l’eau usée d’y pénétrer ? dit-il. Je défie quiconque d’affirmer avoir des données précises sur l’état de l’intégralité du réseau. Même l’Office des eaux reconnaît publiquement qu’il y a 30 % de gaspillage technique dans les réseaux. »


(Lire aussi : Fleuve de Ghadir : entre déchets et odeur pestilentielle, le calvaire des riverains


Des risques liés au manque de contrôle

Bien qu’elle ne dispose pas d’informations précises sur ce cas de pollution, May Jurdi, professeure de santé environnementale à l’AUB, qui a souvent travaillé sur l’eau de Beyrouth, n’est pas étonnée par ce sombre épisode. « Il y a souvent de la pollution bactériologique dans l’eau, qui varie en gravité suivant les quartiers, dit-elle à L’OLJ. En saison sèche, les sources de pollution se multiplient, étant donné que les habitants cherchent à combler les lacunes de l’approvisionnement officiel en eau. »

Elle ajoute : « Il est vrai que les Libanais n’ont souvent pas confiance dans les sources officielles, et qu’il existe effectivement des problèmes au niveau des canalisations. Mais un autre problème majeur est le manque de contrôle : qu’il s’agisse de l’eau qu’on achète en citerne ou de celle qui provient des puits, elle n’est soumise à aucun contrôle efficace et comporte des risques. Les puits, quant à eux, sont surexploités en été, ce qui explique la salinité élevée (du fait de l’intrusion saline par l’eau de mer). On se retrouve donc facilement dans un cercle vicieux, ne sachant quelle est l’option la moins risquée. »

Interrogé sur l’état des canalisations et la possibilité que la pollution soit multiple, Ahmad Hatoum, tout en maintenant sa version de l’eau polluée venant principalement des puits, reconnaît quand même que « le réseau de canalisations d’eau potable a été conçu et exécuté quand la banlieue sud était peuplée de quelque 100 000 habitants, alors qu’aujourd’hui, il y en a presque un million ». Le responsable municipal indique aussi que des travaux ont été effectués dans les années passées afin de séparer drastiquement les canalisations d’eau potable des réseaux d’égout. Mais selon lui, « c’est l’exécution du barrage de Bisri, projet qui comporte un budget pour la modernisation des réseaux, qui résoudra vraiment le problème ». Un projet de barrage qui, rappelons-le, rencontre une opposition populaire et connaît un retard dans l’exécution.

Des solutions radicales et définitives

D’ici là, qui est responsable des cas de pollution dont sont victimes les habitants ? « Dès que nous recevons des plaintes, nous nous rendons sur place pour constater les faits, répond M. Hatoum. Tant que nous n’aurons pas plus de prérogatives, nous ne pourrons que demander aux autorités compétentes – les offices de l’eau, les ministères… – de fermer les puits illégaux et problématiques. »

Pour les habitants, cependant, seules des solutions radicales et définitives sont acceptables. Car, comme le précise Wassef Haraké, avocat et militant de la société civile, « le problème est loin d’être nouveau, il s’était posé avec force en 2014 déjà, et un rapport de l’IRAL avait montré à cette époque l’ampleur de la pollution bactériologique, sans que quiconque impose de vraies solutions ».

M. Haraké rassemble actuellement toutes les parties lésées pour créer un comité de suivi formé d’experts, d’avocats, d’ingénieurs et d’habitants. « Dans notre approche, nous considérons que cette question est un problème de santé publique qui doit être traité par l’État, explique-t-il. Que les institutions officielles effectuent le recensement nécessaire pour bien appréhender la situation! Nous voulons aussi que les responsabilités soient bien définies : à titre d’exemple, est-ce que lors de la construction des bâtiments, les normes sont respectées, ou alors l’entrepreneur choisit-il une solution de facilité, comme celle de relier son immeuble à un ancien puits? »

Et de conclure : « L’eau, c’est la vie. Il faut qu’il y ait des solutions officielles radicales à ces problèmes, et nous n’aurons de cesse que cela se réalise. »



Pour mémoire

Ghadir, un fleuve de détritus

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA POLLUTION DES EAUX VIENT DES TROUS ET LABYRINTES QUE CREUSE LA MILICE POUR SES CACHES D,ARMES ET ACCES SOUTERRAINS !

RE-MARK-ABLE

La pollution des cerveaux fait rage dans certaines têtes qui s'empressent de condamner et de critiquer à tout va !

Faut se méfier des accusations hâtives, haste make waste .

Stes David

Il semble que le Libanais Ahmad Hatoum est en faveur de l' exécution du barrage de Bisri, et cela c'est normal car il a un grand problème et c'est pourtant triste qu'on perdra le joli coin de Bisri au Liban avec la construction d'un barrage à Bisri ... Il suffit de regarder comment l'Europe a pollué ses propres rivières et la situation catastrophique en Europe pour être conscient que les Européens n'ont pas des leçons à donner aux Libanais car c'est souvent interdit en Europe de nager dans les rivières à cause de la pollution donc c'est un peu la même histoire ici ou même pire. Pourtant on pourrait regarder des experiences par exemple avec barrage en Egypte (sur le Nil) et si j'ai bien compris des egyptiens ils ne sont pas très contents des barrages construits dans les années 50 et 60 du dernier siècle.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CHAOS QUI Y REGNE GRACE AUX BIEN CONNUS PROMET D,AUTRES MALADIES PLUS VIRALES ET DANGEREUSES SI ON N,INTERVIENT PAS A TEMPS !

Irene Said

La vie quotidienne, dans cette Banlieue Sud de Beyrouth sous contrôle du "parti de Dieu" devient de plus en plus paradisiaque !
Irène Saïd

George Khoury

1- pourquoi l'OLJ ne fait pas les meme tests a travers le Liban plutot que d'attendre que des citoyens le fassent en prive et on ne sais rien de la verite des tests

2- haret hreik est batie sur des terrains confisques par des colons, qui ne veulent pas investir parcequ'ils n'ont ni les moyens, ni la volonte de le faire alors qu'ils n'ont pas les titres de proprietes....voila avec qui le cpl a fait un accord strategique....

Bustros Mitri

Les limites du ,‘ Hors l’Etat ‘ , commencent à être atteintes...

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué