Moyen Orient et Monde

Reprise des bombardements russes sur Idleb

Syrie
OLJ
10/09/2018

Les bombardements du régime, soutenu par la Russie, contre la province d’Idleb, ultime bastion insurgé dans le nord-ouest de la Syrie, ont repris hier après une brève pause, faisant au moins un mort, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Samedi, les avions de chasse russes ont mené les frappes les « plus intenses » en un mois, en vue du lancement d’une vaste offensive contre Idleb, attendue depuis des semaines, selon l’Observatoire.

Hier, après une pause de quelques heures, « des hélicoptères des forces du régime ont lâché près de 40 barils d’explosifs sur le village de Hbit, dans le sud de la province, tuant un enfant », a dit le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. En parallèle, d’après la même source, « plus de dix raids » ont été effectués par l’aviation russe sur la ville de Latamné, dans le nord-ouest de (la province de) Hama, zone adjacente à Idleb et qui est contrôlée également par des rebelles et des jihadistes. Ces frappes ont visé un hôpital, désormais inopérant, alors qu’une autre infrastructure hospitalière, près de la localité de Hass, située dans le secteur sud d’Idleb, a déjà été sévèrement endommagée samedi par un raid aérien. La peur est « immense » parmi les habitants et le personnel médical, a affirmé à Genève le chef des services de santé de la province, Munzer al-Khalil, disant craindre « la crise la plus catastrophique de (la) guerre » en Syrie, où plus de 350 000 personnes ont péri en sept ans de conflit. Depuis jeudi, des centaines de familles ont fui leurs localités dans les secteurs visés d’Idleb, dans la ligne de mire du régime et de son allié russe pour leur proximité avec des zones tenues par les forces loyalistes. Cette escalade militaire intervient après l’échec vendredi d’un sommet tripartite à Téhéran ayant réuni les présidents turc, russe et iranien. Quelque trois millions de personnes, dont la moitié sont des déplacés, vivent dans la province d’Idleb et les poches insurgées des provinces voisines de Hama, Alep ou Lattaquié, selon l’ONU. Les Nations unies disent craindre une nouvelle « catastrophe humanitaire » et le déplacement de 800 000 personnes en cas d’assaut.

Par ailleurs, Moscou a accusé hier Washington d’avoir mené dans l’est de la Syrie des bombardements au phosphore blanc, dont l’utilisation contre des cibles militaires au milieu des civils est interdite par le droit humanitaire international. « Deux avions F-15 américains ont mené des bombardements le 8 septembre (samedi) visant la localité de Hajin dans la région de Deir ez-Zor (Est) avec l’utilisation de munitions incendiaires au phosphore », a indiqué dans un communiqué le général de l’armée russe Vladimir Savtchenko. « Ces frappes ont résulté en de puissants incendies. Nous éclaircissons les informations concernant d’éventuels morts et blessés », a-t-il ajouté. En Syrie, l’organisation jihadiste État islamique (EI) contrôle toujours une poche dans la province de Deir ez-Zor entre le fleuve Euphrate et la frontière irakienne, et est présente dans le vaste désert syrien. La coalition internationale emmenée par les États-Unis aide les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui mènent depuis des mois une offensive pour chasser l’EI de ce dernier réduit.

Source : AFP


À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué