X

Sport

Serena à une marche de l’exploit

Tennis / US Open

Après Wimbledon, la cadette des sœurs Williams a de nouveau l’opportunité d’égaler aujourd’hui en finale le record absolu de titres majeurs.

OLJ
08/09/2018 | 00h00

À une marche de l’exploit : à l’US Open un an seulement après sa maternité, Serena Williams est, à bientôt 37 ans, aux portes d’un 24e sacre majeur qui lui permettrait d’égaler le record absolu de titres en grand chelem.

En demi-finales, sous le toit fermé du court Arthur-Ashe protégé de l’orage grondant au-dessus de New York, la cadette des sœurs Williams a surclassé Anastasija Sevastova, qui avait accédé pour la première fois de sa carrière au dernier carré en grand chelem, en à peine plus d’une heure (6-3, 6-0). Pour le trophée, Serena affrontera Naomi Osaka, première Japonaise de l’histoire à atteindre une finale majeure, à 20 ans. Osaka a écarté (6-2, 6-4) Madison Keys, finaliste sortante à Flushing Meadows. « À chaque fois que j’entre sur ce court, je suis tellement reconnaissante d’avoir l’opportunité de pratiquer encore ce sport. Peu importe ce qui se passe en finale, j’ai le sentiment d’avoir déjà gagné », a déclaré Serena, de rares trémolos dans la voix. « Ça m’a l’air encore un peu surréaliste. Quand j’étais enfant, je rêvais que je jouais Serena en finale d’un tournoi du grand chelem. Rien que le fait que ça arrive, j’en suis très heureuse. En même temps, je me dis que si je dois profiter de ce moment, (…) il ne faut pas que je la voie comme mon idole, mais juste comme une adversaire. (…) Je ne suis pas la favorite. (…) Je vais profiter du moment et jouer du mieux que je pourrai. Je vais juste y aller et jouer », a confié de son côté Osaka.

Naomi a déjà battu Serena

Une victoire aujourd’hui, six mois seulement après son retour sur le circuit, et Serena, 26e mondiale mais tête de série n° 17, égalerait le record absolu de trophées en grand chelem détenu par Margaret Court. Elle rejoindrait par la même occasion le cercle fermé des mères devenues championnes. Court avait réussi cette prouesse en 1973, l’année suivant la naissance de son premier enfant, et celle de ses 31 ans, en s’offrant même un « petit chelem » (Open d’Australie, Roland-Garros, US Open). Kim Clijsters l’avait, elle, réalisée en 2009 à Flushing Meadows, à 26 ans, 19 mois après avoir mis au monde sa fille Jada. À Wimbledon, il y a deux mois à peine, Angelique Kerber (n° 4 mondiale) avait empêché en finale (6-4, 6-4) Serena de réaliser elle aussi cette prouesse.

Pour sa première finale majeure, elle qui n’avait encore jamais dépassé les 8es de finale auparavant, Osaka vit donc un rêve éveillé. C’est au printemps qu’Osaka, qui naviguait autour de la 70e place mondiale en début de saison, s’était révélée, sur le ciment américain déjà. À la mi-mars, elle s’était offert le prestigieux tournoi d’Indian Wells. Un tout premier trophée assorti d’une victoire de prestige dès la semaine suivante, au 1er tour à Miami, aux dépens de... Serena (6-3, 6-2).

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué