Liban

Bassil : La part du président, « une constante »

Gebran Bassil s’exprimant à l’issue de la réunion de son bloc. Photo ANI

Gebran Bassil a réitéré hier ses propos sur le fait que la part du chef de l’État dans l’attribution des portefeuilles ministériels est une « constante », au moment où cette question paraît être l’un des obstacles à la formation du nouveau cabinet.

« Plusieurs ambassadeurs m’ont interrogé sur la formation du gouvernement. Je leur ai répondu à chaque fois, avec courtoisie et diplomatie, qu’il s’agissait d’une question d’ordre interne, et nous souhaitons que cet esprit prévale dans la formation du cabinet », a déclaré M. Bassil, à l’issue de la réunion hebdomadaire de son groupe parlementaire.

« La part ministérielle du président de la République ne dépend pas d’une période déterminée et il ne faut pas répéter les erreurs stratégiques commises depuis l’accord de Taëf (1989) dans le but de réaliser des gains politiques », a mis en garde Gebran Bassil.


Gebran Bassil a réitéré hier ses propos sur le fait que la part du chef de l’État dans l’attribution des portefeuilles ministériels est une « constante », au moment où cette question paraît être l’un des obstacles à la formation du nouveau cabinet.

« Plusieurs ambassadeurs m’ont interrogé sur la formation du gouvernement. Je leur ai répondu à...

commentaires (0)

Commentaires (0)