X

La Dernière

Le new sexy selon Stella

Mode


13/08/2018

Formée chez les grands faiseurs masculins de Savile Row, à Londres, Stella McCartney est fortement marquée par cet univers confidentiel qui fleure bon le drap de grande qualité et où le vêtement est taillé avec précision, jusqu’à restructurer le corps. Des secrets qu’elle adapte à ses créations féminines et qui ont contribué à sa singularité. La collection Stella McCartney automne-hiver 2018-19 se distingue par une nouvelle réinterprétation des codes masculins, cette fois dans un vestiaire sexy, dominé par des robes fluides génialement construites, un esprit lingerie, une superposition d’impressions qui font illusion d’optique, et une débauche de fausse fourrure et de faux cuir en patchwork.
Déconstruite, la lingerie inspire des créations faciles à porter qu’un jeu de transparences et dissimulations rend éminemment sensuelles. Une robe rose poudré et turquoise est délibérément défaite de manière à révéler sa doublure et sa construction. La maille en laine bouillie comporte des « trous » comblés par un écran de dentelle. La délicate féminité de la collection se combine avec une esthétique salle de gym et prolonge la collaboration de Stella McCartney avec Adidas Originals en remplaçant les célèbres trois bandes emblématiques de l’équipementier allemand par des bandes raffinées de dentelle française.
Le vêtement de travail (notamment la combinaison, best-seller de l’année) est revisité avec élégance et créativité, cousu dans un riche damas de coton, taille ultracintrée, ourlets frangés et coupes exaltant la silhouette. Les vestes tailleurs sont féminisées avec des volants ornant les bords. Entre tuyautages et revers impeccables, chemises masculines réinventées en minirobes patchwork à partir de la classique Oxford en popeline à carreaux ou rayures, la façon Savile Row est omniprésente. Les cuissardes sont en dentelle et alter-nappa, les sacs de même, agrémentés d’un fermoir étoile en laiton.
Ceux qui l’ignoraient encore l’auront compris, la baby Beatles est une activiste écologique et ses vêtements, au lieu d’utiliser les animaux, en défendent la cause.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué