X

Culture

Pour ne pas bronzer idiot les deux dernières semaines d’août...

Sélection

Parce que, souvent, on a envie de sortir, mais pas forcément d’aller au restaurant, et parce que la nourriture intellectuelle est aussi importante que celle des bedons, voici huit rendez-vous testés, approuvés ou qui titillent notre curiosité. Ces deux semaines, surgit une furieuse envie de voyager dans le temps vers les glorieuses eighties, de voir Diane Kruger en justicière solitaire, de decouvrir le jazz organique et de s’incruster dans la carapace de Kanye West...

11/08/2018

Spectacle
« Discothèque Nana » / Metro al-Madina

Les amateurs des revues musicales de Hicham Jaber ont de quoi se réjouir. Après Hichik bichik et Bar Farouk, voici Discothèque Nana, le nouveau spectacle de l’auteur, metteur en scène et directeur artistique du Metro al-Madina, le théâtre de poche de la rue Hamra. Dans ce dernier opus qui démarre à partir du 13 août, Hicham Jaber revisite le répertoire musical libanais des années 80, à travers l’évocation d’une (fictive) émission du petit écran des années 1982 à 1989 baptisée Discothèque Nana. Une émission d’interviews sérieuses au cours de laquelle la cocasse animatrice (éponyme) surplombe la guerre et ses dommages collatéraux en poussant avec ses invités la chansonnette.
Au générique de ce cabaret à la joyeuse et joueuse nostalgie, une brochette de chanteurs, acteurs et musiciens dont Yasmina Fayed, Élie Rizkallah et Cosette Chedid…


Jazz
Leila Martial / Hammana Artist House

Retenez bien son nom car Leila Martial est la nouvelle voix du jazz français. Acclamée pour son « incroyable arsenal vocal » et son talent d’improvisatrice, la jeune fille espiègle sera le 24 août au Hammana Artist House, à partir de 19h30, pour un concert de « jazz organique » qu’elle désigne par Baa Box – Baa étant la voix de la chèvre. Élève de la fameuse classe de jazz du Collège de Marciac, puis plus tard à Toulouse, San Sebastian et Montpellier, Martial a fait ses classes aux côtés d’instrumentistes chevronnés. En 2009, elle a obtenu le prix de soliste au Concours national de la défense puis remporté le concours Crest Jazz Vocal en 2012. En 2014, elle est lauréate pour la tournée Jazz Migration avec son groupe Baa Box. Parmi les influences musicales, elle cite : Björk, Magma, Bobby McFerrin, Maria Joao ou la chanteuse Camille.


Concert
Charbel Rouhana / Vieux port de Byblos

Après avoir mis en place une nouvelle méthode pour jouer du oud – une méthode publiée en sept volumes et adoptée par le Conservatoire national de musique du Liban et la faculté de musique de l’Université Saint-Esprit, où il enseigne depuis 1986 –m Charbel Rouhana est considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs joueurs de oud au Liban. Le 24 août, dans le cadre du Festival de Byblos 2018, il rendra hommage à Sayyed Darwish. Cet artiste, né 1892 en Égypte, à Alexandrie, est une icône et un musicien qui symbolise le progrès, la modernité et le passage des sons orientaux à la création d’un son unique qui lui est propre. La mémoire de Sayyed Darwish mise à l’honneur par la médiation de Charbel Rouhana dans le vieux port de Byblos est un rendez-vous à ne pas manquer.


Musique
Kanye West / Ye

À l’image de la pochette, sur laquelle il est marqué, dans une typographie naïve et désorientée, « I hate being bi-polar, it’s awesome », le nouveau Kanye West concentre dans ses 23 minutes du spontané, du chancelant, du passionnant, du drôle et de l’introspectif surtout. Car, en choisissant de baptiser son opus Ye comme son surnom de longue date, le chanteur revient à travers 7 morceaux et une flopée de collaborations impressionnantes (avec, entre autres, Jeremih, Valee, Ty Dolla $ign et Charlie Wilson) sur sa santé mentale et les troubles qui le peuplent. Si le résultat ne vaut pas la prouesse du précédent The Life of Pablo, Ye permet de s’incruster dans la carapace de Kanye West, l’être humain plutôt que l’artiste. Si bien qu’on lui pardonnerait ses tweets pro-Trump et son copinage avec les Kardashian : mille fois Ye(s) !


Exposition
Traces /Byblos

Envie de couleurs ? De la brise de la Méditerranée, mais aussi du souffle d’ailleurs, des teintes et harmonies d’autres pays ? En passant par Jbeil, la cité de l’alphabet, et en flânant du côté du square de l’Unesco du 16 au 26 août, on y rencontre de 10h à 22h Reynaldo Sayegh, le peintre au pinceau fougueux et flamboyant qui expose certains de ses récents et anciens travaux. Imprégné des traditions lointaines mais aussi de destinations diverses, notamment l’Amérique latine, l’Australie ou le Canada, et d’atmosphères aussi différentes l’une que l’autre. L’urbain s’y marie avec le rural, les objets aux toiles, se mélangeant et fusionnant, créant ainsi un univers presque onirique. Le peintre est un voyageur et nous fait voyager avec lui dans le temps. Aux centaines de myriades.


BD
« Bonjour tristesse » / Frédéric Rébéna

Reprendre le roman iconoclaste et sulfureux de Françoise Sagan Bonjour tristesse (éditions Rue de Sèvres), en bande dessinée, était une gageure pour le dessinateur et scénariste Frédéric Rébéna, qui s’est dit lui-même « locataire respectueux » de Sagan. Il a su créer une œuvre originale, tout en restituant l’esthétisme des années 50. Récompensé en 1954 du Prix des critiques, le livre écrit par cette romancière de 18 ans raconte le spleen de cette adolescente, fille d’un veuf richissime, qui voit en Anne, une invitée à la villa sur la Côte d’Azur où elle passe ses vacances avec son père, une véritable concurrente. Épurée et aux couleurs primaires, la BD reproduit les tensions entre ces femmes. Les corps alanguis, l’oisiveté mais aussi les bolides rouges filant sur la corniche traduisent avec intelligence ce qui anime les personnages comme jalousie, amour, tendresse ou tristesse.


Documentaire
« Opération Odessa » / Netflix

Grâce à l’algorithme de Netflix, on peut découvrir des pépites. Comme cette Opération Odessa racontant les aventures de 3 pieds nickelés plongés dans une opération tortueuse. Tarzan, ça ne s’invente pas, tient une boîte de striptease à Miami, iy fait des rencontres, notamment des trafiquants de cocaïne colombiens. Et en bon russe, il a maintenu des contacts au pays, notamment dans l’armée. Profitant de l’effondrement du bloc communiste, il va pouvoir fournir les narcotrafiquants en hélicoptères et se faire une petite fortune. Mais la vraie opération, c’est le deal portant sur un sous-marin pouvant transporter jusqu’à 40 tonnes de produits que Tarzan, aidé par deux playboys sud-américains, va essayer de mener à bout. Trahisons, bêtises monumentales, filatures, personnages hors du commun, on se demande parfois si ce qu’on voit a été inventé ou pas. Et on se dit qu’on a une vie décidément très morne.


DVD
« In the Fade » / Fatih Akin

Diane Kruger dans un de ses rôles les plus émouvants. Et les plus attachants. Ni froide et belle Hélène de Troie ni reine Marie-Antoinette emperruquée et décapitée, mais veuve éplorée et vengeresse dans une Allemagne moderne actuelle balayée par un vent néo-nazi. Sous la brillante direction du réalisateur Fatih Akin, dans son dernier opus In the Fade (sorti en DVD), elle est l’épouse d’un Kurde turc réhabilité et parfaitement intégré après vente de drogue. Heureuse vie de famille de courte durée puisqu’une bombe vient souffler père et fils. Procès défaillant et acquittement des deux meurtriers. Diane Kruger, justicière solitaire, avec une bombe artisanale confectionnée de ses propres mains, rend la monnaie aux deux assassins en y laissant sa peau, souffrante de ne plus vivre tant sa douleur et son deuil sont immenses. En version allemande sous-titrée, un film solaire et poignant avec une actrice sublime et qui a absolument mérité sa récompense l’année dernière à Cannes.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CETTE PHOTO DU MOUTON BELEUR EST UN EMBLEME !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué