Liban

Les retrouvailles des médecins franco-libanais à l’ESA

Coopération

La coopération bilatérale au centre des travaux du IXe congrès de l’AMFL.

23/07/2018

L’Association médicale franco-libanaise (AMFL), regroupant 500 praticiens franco-libanais exerçant en France, a tenu dans les locaux de l’École supérieure des affaires de Beyrouth (ESA) son 9e congrès annuel sous le patronage du président de la République, Michel Aoun, représenté par le ministre de la Culture, Ghattas Khoury. L’événement s’est déroulé en présence d’un grand nombre de médecins français et libanais de diverses spécialités, avec la participation du ministre de l’Éducation, Marwan Hamadé, de députés, des présidents des ordres des médecins, Raymond Sayegh (Beyrouth) et Omar Ayache (Tripoli), ainsi que de Rola Dib Khalaf, présidente de l’ordre des dentistes de Tripoli, Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français du Liban, représentant l’ambassadeur de France, de diplomates et de professionnels de la santé. Dans son mot de bienvenue, le directeur de l’ESA, Stéphane Attali, a souligné que cette institution « est très engagée dans les enjeux de santé publique, à travers son master en management de la santé, son DU en droit médical qui s’adresse au corps médical autant qu’aux juristes. L’ESA développe également une chaire en santé publique, particulièrement orientée vers les enjeux de prévention… ». Et M. Attali d’ajouter à l’adresse de l’AMFL : « Notre partenariat s’établit véritablement dans la durée, et ensemble nous contribuerons au renforcement des liens déjà très forts entre la France et le Liban… »
Le Pr Jean-Marc Ayoubi, président de l’AMFL, a remercié « tous ceux qui ont œuvré à la réussite de cette rencontre médicale franco-libanaise, notamment Stéphane Attali et le Dr Antoine Maalouf, ainsi que tous les médecins de l’association : vous êtes les messagers de cette belle médecine française qui allie l’expertise au service de l’humain. Grâce à vos actions, l’AMFL est un exemple de réussite de la double appartenance, de l’ouverture d’esprit… ».
Dans son allocution, le cardiologue Élie Aboud (ancien député de l’Hérault) a rendu hommage au président de l’AMFL.
 
L’Hôpital français universitaire du Levant
 Le Dr Antoine Maalouf, PDG de la Clinique du Levant, a en outre exprimé sa double fierté : d’être partenaire du congrès de l’AMFL, car « c’est grâce à votre volonté de tisser et de consolider les liens entre votre terre natale et votre France adoptive que ces journées médicales existent. L’économie du pays se dégrade de plus en plus et la situation des hôpitaux est en réel danger, mais je n’ai pas le droit de baisser les bras ni d’abandonner mon soutien à votre cause ». « Ma deuxième fierté, a-t-il précisé, est mon amour pour la France. Après maintes concertations entre les autorités du Quai d’Orsay et le conseil d’administration de la clinique, mon souhait de changer le nom de la clinique a été réalisé. À partir d’aujourd’hui, la Clinique du Levant devient officiellement l’Hôpital français universitaire du Levant. »
Prenant à son tour la parole, le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, représentant le président de la République Michel Aoun, a mis l’accent sur « l’amitié historique entre la France et le Liban et l’attachement de ce dernier à la francophonie, à ce lien culturel, à la fois façon de penser et mode de vie… Nous réaffirmons une fois de plus notre attachement à cette relation privilégiée et déployons des efforts incessants pour la développer... », a-t-il insisté.Évoquant les forces et faiblesses du système de santé au Liban, M. Khoury, qui est médecin, a souligné que les retombées de la crise des réfugiés syriens touchent gravement le secteur médical libanais et les établissements hospitaliers. « D’où notre besoin considérable d’un continuel soutien international afin de surmonter ces obstacles et de faire face aux nombreux défis qui en découlent », a-t-il dit, tout en rappelant qu’en dépit de tout, « le Liban occupe le 32e rang à l’échelle mondiale en matière de qualité de soins sanitaires et de réponse aux besoins de la population ». Deux médailles honorifiques ont été remises à cette occasion, à Véronique Aulagnon et Marwan Hamadé, pour récompenser leur contribution, respectivement à la coopération bilatérale et à la promotion des échanges culturels et scientifiques entre la France et le Liban. Le congrès s’est achevé par un dîner de gala au Yacht Club, Zaitunay Bay.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué