Dernières Infos

A Deraa, les rebelles remettent leurs armes lourdes

AFP
14/07/2018

Les rebelles syriens ont commencé samedi à remettre au régime leurs armes lourdes dans la ville méridionale de Deraa, conformément à un accord parrainé par Moscou stipulant le désarmement des insurgés, a indiqué l'agence de presse officielle syrienne Sana.

"Les groupes armés (...) ont commencé à remettre les armes lourdes et de moyen calibre à l'armée syrienne dans le cadre de l'accord conclu" le 6 juillet, a indiqué Sana.  "Des munitions lourdes et du matériel (militaire) ont été reçus aujourd'hui (samedi)" tandis que "l'opération se poursuivra jusqu'à la livraison intégrale des armes (...)", a ajouté l'agence.

Au terme d'une offensive éclair lancée le 19 juin, le régime de Bachar el-Assad et son allié russe ont réussi à faire plier les rebelles dans cette région décrite comme le berceau de la révolte contre le président syrien.

Les insurgés ont fini par signer un accord dit de "réconciliation", qui s'apparente davantage à une capitulation sous l'égide de Moscou. Celui-ci prévoit un cessez-le-feu en échange d'un retour des institutions étatiques dans les zones insurgées et d'un abandon par les rebelles de leur artillerie lourde et de moyen calibre.

Le régime avait déjà pris le contrôle de la quasi-totalité de la province de Deraa, mais les procédures prévues par l'accord n'avaient pas encore débuté dans la ville éponyme. Jeudi, une unité de l'armée syrienne ayant pénétré pour la première fois les ex-zones rebelles de la ville avait hissé le drapeau national, un geste très symbolique pour marquer son retour. La région méridionale de Deraa est très importante pour le régime car elle borde la Jordanie et sa frontière était une plaque-tournante pour les échanges commerciaux de la Syrie.

Grâce au soutien militaire de ses alliés indéfectibles, Russie et Iran en tête, le pouvoir de Damas contrôle désormais plus de 60% du pays en guerre.

Le conflit en Syrie a débuté en mars 2011 après la répression par les forces du président Assad de manifestations pacifiques réclamant des réformes démocratiques. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'entrée en jeu d'acteurs étrangers et de groupes jihadistes et a fait plus de 350.000 morts et des millions de réfugiés.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué