X

Moyen Orient et Monde

Netanyahu demande à Poutine de faire partir les Iraniens de Syrie

Diplomatie
OLJ
12/07/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit hier au président russe Vladimir Poutine que le président syrien Bachar el-Assad n’avait rien à craindre d’Israël tout en demandant à Moscou de faire en sorte que les forces iraniennes quittent la Syrie, a dit un responsable israélien. « Nous ne prendrons aucune initiative contre le régime d’Assad et vous, vous sortez les Iraniens », a poursuivi ce responsable, citant des propos tenus par Benjamin Netanyahu à l’adresse de Vladimir Poutine lors d’une rencontre entre les deux hommes à Moscou. Le Premier ministre israélien a également dit au cours de cette rencontre que le pays s’opposerait à toute tentative de violation de ses frontières, que ce soit par terre ou par les airs. Avec l’appui de ses alliés russes et iraniens, Bachar el-Assad a réussi à inverser il y a quelques années le cours de la guerre civile qui fait rage dans le pays depuis sept ans, le régime ayant intensifié ces dernières semaines son offensive contre les enclaves encore détenues par les rebelles. Dans la journée, un proche conseiller de l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de la révolution iranienne, a salué hier la « relation stratégique » entre l’Iran et la Russie lors d’une visite à Moscou.
Auparavant, l’armée israélienne a annoncé avoir intercepté un drone en provenance de Syrie grâce à un système antimissile, déclenchant une alerte dans le plateau du Golan, en grande partie occupé et annexé par Israël. « L’engin, qui a pénétré dans l’espace aérien israélien, a été identifié comme une menace par la défense antiaérienne qui l’a abattu », a précisé l’armée dans un communiqué. Il s’agissait « d’un drone syrien non armé qui semblait mener une mission de collecte d’informations », a précisé un porte-parole militaire, Jonathan Conricus. La police israélienne a par ailleurs demandé à tous les bateaux sur le lac de Tibériade, proche de cette région, de ne pas naviguer pour des raisons de sécurité. Depuis quelques semaines, Israël est en alerte, après l’offensive déclenchée le 19 juin par Bachar el-Assad et ses alliés en vue de reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie. L’armée israélienne a annoncé début juillet avoir renforcé ses troupes sur la partie israélienne du plateau du Golan occupé et annexé.
Le communiqué précise que « la politique de non-intervention dans le conflit syrien reste inchangée tant que la souveraineté israélienne n’est pas remise en cause ou que ses citoyens ne sont pas menacés ».
Par ailleurs, un proche conseiller de l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de la révolution iranienne, a salué hier la « relation stratégique » entre l’Iran et la Russie lors d’une visite à Moscou jeudi. En visite à Moscou, Ali Akbar Velayati, qui doit être reçu par le président russe Vladimir Poutine, a insisté sur la nécessité d’une relation forte entre Téhéran et Moscou à cause du « manque de fiabilité » du président américain Donald Trump. « La relation entre l’Iran et la Fédération de Russie est une relation stratégique et, pendant les dernières années, les relations bilatérales et régionales se sont approfondies », a déclaré Ali Akbar Velayati à son arrivée à Moscou, selon l’agence de presse iranienne ISNA. Le conseiller de l’ayatollah Ali Khamenei a évoqué la coopération militaire entre l’Iran et la Russie en Syrie, en faveur du président Bachar el-Assad contre « les terroristes et leurs soutiens ». « Seule une relation stratégique et à long terme (avec la Russie) peut faire fonctionner cette coopération », a déclaré Ali Akbar Velayati.
Sources : agences

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué