Dernières Infos

Les Occidentaux doivent lutter contre la "diplomatie des otages" turque, affirment des experts

AFP
31/05/2018

Les pays occidentaux doivent adopter un plan de lutte coordonné contre la Turquie, qui utilise les prisonniers étrangers comme monnaie d'échange diplomatique, ont affirmé des experts en rendant public un rapport sur le sujet jeudi à Washington.

Le rapport étudie les cas de 55 ressortissants étrangers ou binationaux arrêtés et emprisonnés en Turquie depuis le coup d'Etat avorté de juillet 2016, qui a déclenché une répression féroce contre ceux accusés d'être des partisans du prédicateur Fethullah Gülen accusé d'avoir fomenté le putsch, ou des soutiens de la rébellion kurde.
Au moins six d'entre eux, dont deux Américains, sont toujours en détention.

Dans de nombreux cas, les preuves sont ténues et les interrogatoires sont secrets. S'il ne s'agit pas d'un effort centralisé, mais plutôt des problèmes locaux combinés à un sentiment anti-occidental, le pouvoir tente d'exploiter la situation, estiment les auteurs du rapport.
"Cela fait partie d'une politique globale de diplomatie des otages", explique l'ex-parlementaire turc Aykan Erdemirn, qui travaille désormais au sein du centre de réflexion conservateur Foundation for Defense of Democracies.
"Il semble que ces individus soient utilisés comme monnaie d'échange ou comme gages, souvent pour obtenir des concessions" en faveur de la Turquie, ajoute-t-il.

Ankara a, par exemple, lié plus ou moins explicitement la libération des prisonniers à l'extradition des partisans de Gülen basés en Occident, ou dans certains cas à des contrats de vente d'armes.
Les gouvernements privilégient jusqu'ici des discussions bilatérales pour obtenir la libération de leurs ressortissants, une stratégie au succès divers.

Le rapport appelle à une action plus dure, comme celle adoptée par l'Allemagne, et qui entrerait dans le cadre d'une "stratégie transatlantique concertée" pour plus d'efficacité.
Berlin avait renforcé ses consignes de sécurité après le putsch raté, notamment en raison d'une vague d'arrestations de ressortissants allemands ou germano-turcs, et avait réduit ses investissements en Turquie, un pays-membre de l'Otan.
"La politique de Berlin d'absence de normalisation tant qu'il y a des prisonniers politiques serait plus efficace si elle était mise en place par ses partenaires occidentaux", estime le rapport.
L'ambassade turque à Washington n'était pas joignable dans l'immédiat pour réagir mais Ankara a plusieurs fois appelé au respect de son système judiciaire.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tractations gouvernementales : retour à la case départ

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants