Liban

J’aurais aimé avoir un zaïm

Billet
25/05/2018

J’aurais aimé prêter allégeance à un zaïm, un homme au-dessus des erreurs, même si ses mains ont trempé dans le sang jusqu’aux coudes. J’aurais cru en lui et j’aurais gardé espoir. J’aurais pensé que même s’il prend des positions opposées à mes convictions et aux siennes, qu’il s’y connaît mieux que moi et je l’aurais soutenu aveuglément. J’aurais été heureuse qu’il soit nommé Premier ministre ou élu président de la Chambre ou de la République. Qui sait, j’aurais même offert des baklavas en lançant des youyous dans la rue.

J’aurais voulu appartenir à un parti politique, j’aurais gardé un peu d’espoir dans mon parti, dans mon pays. J’aurais cru dur comme fer que les choses pourraient changer grâce aux efforts entrepris par mon parti et que j’aurais un vrai pays. J’aurais été heureuse si mon parti avait remporté les élections, et triste s’il avait perdu. Mais au Liban, personne ne perd les élections. Tous, malgré les chiffres et les pourcentages, clament haut et fort qu’ils ont gagné. Tout gagné.

Mais là, je n’ai pas voté, je ne me sens plus concernée par ce qui se passe.  Beaucoup se demandent pourquoi les Libanais n’ont pas voté.  Moi-même j’ai été surprise de ma propre attitude je-m’en-fichiste car depuis que je le pouvais, j’ai voté à chaque élection, comme un devoir citoyen. J’ai toujours voté pour un parti politique, pour un mouvement auquel j’ai cru. J’ai toujours voté pour défendre et préserver l’idée que je me fais du Liban.

Mais les gens pour lesquels je votais avaient dévié de mon idée du Liban, et ceux dont je pensais qu’ils avaient la possibilité de les remplacer n’étaient pas vraiment, à mon humble avis, à la hauteur du défi.

En refusant de voter, j’ai enterré tout espoir dans mon pays et surtout mon idée du Liban. Et je regarde désormais d’un air indifférent, voire maladivement amusé, tout ce qui se passe. De l’élection du président de la Chambre à la nomination du Premier ministre, en passant par la femme qui insulte les forces de l’ordre et qui fait le buzz sur les médias sociaux.

Parce que j’ai perdu espoir, j’accepte mieux mon affreux quotidien entre embouteillages, coupures de courant, pollution, crise économique... Un affreux quotidien qui me contraint de voir que le Liban et ses habitants régressent de jour en jour alors que les zaïms restent en place.

Voter ou ne pas voter, tout se vaut dans ce pays. Nous sommes tous égaux, à part les zaïms et le premier cercle de leur cour, devant les embouteillages, les coupures de courant, la pollution, la crise économique et... le désespoir. Nous sommes tous, après tout, de pauvres diables qui tentent de survivre tant bien que mal dans un pays qui recule inéluctablement.

N’empêche, j’aurais aimé avoir un zaïm, ne serait-ce que pour le goût sucré des baklavas et le bonheur – même feint – de la victoire.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Danielle Boulad

Ceci n'est pas un commentaire mais une simple question de langue francaise.
Mme Khoder dit:
Nous sommes tous, après tout, de pauvres diables qui tentent de survivre.
Moi j'aurais plutot dit "qui tentons"
Non ??
Merci

Pierre Hadjigeorgiou

Vous prétendez ne plus vous sentir concernée parce que vous n'avez pas voter. Eh bien mal vous en a pris car vous êtes tout aussi responsable de ce qui risque de se passer dans le pays que ceux qui ont voter. Peut être le système et la loi n’étaient pas ce qu'il y a de mieux, mais il y avait une chance pour tenter de changer la donne. Certain(e)s l'ont saisie, d'autres non, d'autres encore ne l'ont pas pu en raison des menaces ou des pressions exercées mais elle était la cette opportunité imparfaite mais présente. Des Zaims, bon ou mauvais ne manque pas dans notre pays. C'est peut être le pays ou nous en avons le plus au m2, pour ne pas dire au mm2. Je vous laisse l'embarras du choix. Mais de grâce ne vous laissez pas abattre et perdre vos espoirs, vos souhaits et vos rêves. Le pays a besoin de rêveurs et surtout d’énormes espoirs pour pouvoir continuer son chemin vers la paix et la sérénité. Ce pays est un pays béni! Surprise? Il est béni car depuis l’existence de son peuple sur son sol, celui-ci est convoité, envahi, pillé, occupé et réoccupé, détruit et reconstruit puis libéré et ainsi de suite... Tous les peuples du monde y sont passé a un moment donné de l'histoire et tous l'ont adoré même s'il nage dans la m... et les poubelles. Malgré tout, eux ils passent et s'estompent et le Liban comme les Libanais renaissent de leurs cendres plus fort que jamais... Patience et je suis sure que nous le verrons, une fois de plus, resurgir de ces malheurs.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué