Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Dans la Ghouta, Assad félicite ses troupes pour avoir « sauvé Damas »

Le président syrien Bachar el-Assad dans la Ghouta orientale. HO/AFP/Syrian Presidency Facebook Page

Le président syrien Bachar el-Assad s’est rendu hier dans la Ghouta orientale où il a félicité ses troupes pour avoir « sauvé Damas », alors qu’une offensive est en cours pour éliminer le dernier fief rebelle aux portes de la capitale, ont rapporté ses services. « Sur le front dans la Ghouta orientale, le président Assad avec les héros de l’armée arabe syrienne », indiquent les comptes officiels de la présidence sur les réseaux sociaux, publiant des photos montrant M. Assad en tenue décontractée, entouré de soldats, près de chars militaires.

Il s’agit de sa première visite dans le secteur depuis des années, et le chef de l’État a félicité tous les Syriens, mais aussi ses forces pour avoir « sauvé Damas », régulièrement la cible d’obus et de roquettes tirés depuis le fief rebelle dans la Ghouta orientale. « Les habitants de Damas sont plus que reconnaissants et ils raconteront peut-être à leurs enfants pendant des décennies à venir comment vous avez sauvé la ville de Damas », a assuré le président syrien, acclamé par ses soldats. M. Assad s’exprimait alors que ses forces ont réussi à reprendre le contrôle de plus de 80 % du fief rebelle dans la Ghouta orientale, à la faveur d’une offensive meurtrière lancée le 18 février.

L’avancée du régime s’est faite au prix d’un lourd bilan humain selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) : les bombardements ont tué au moins 1 400 civils, dont 274 enfants, depuis le 18 février. À Damas, près de 50 civils, dont dix enfants, ont péri dans les tirs d’artillerie visant la capitale depuis le 18 février, selon l’OSDH.

Ultimatum

L’un des principaux groupes rebelles présents dans l’une des poches de résistance de la Ghouta orientale a annoncé hier avoir ouvert un canal de négociations avec une délégation de l’ONU en vue de l’instauration d’un cessez-le-feu, de l’acheminement d’aide humanitaire et d’évacuations médicales. « Nous sommes engagés dans des négociations sérieuses afin de garantir la sécurité et la protection des civils », a déclaré Waël Alwouane, porte-parole du groupe Faïlaq al-Rahmane. Il a toutefois exclu qu’une évacuation générale des civils et des combattants rebelles soit sur la table. Les forces loyalistes sont parvenues à isoler la zone en trois secteurs distincts au prix de bombardements et de combats sanglants qui comptent parmi les plus meurtriers depuis le début du conflit. Après une matinée relativement calme, les bombardements et les combats au sol ont repris hier après-midi, selon des informations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme. La télévision officielle syrienne a en outre annoncé que l’armée gouvernementale avait fixé un ultimatum à un groupe de rebelles présents dans une autre poche afin qu’ils se retirent. Un accord de principe pourrait être trouvé d’ici à 48 heures, a dit un responsable de l’opposition. Il affirme qu’une proposition a été remise aux rebelles : quitter la zone pour rejoindre des secteurs tenus par les insurgés dans le nord de la Syrie ou demeurer dans la Ghouta et intégrer des milices progouvernementales chargées de maintenir la sécurité.

Sources : agences


Le président syrien Bachar el-Assad s’est rendu hier dans la Ghouta orientale où il a félicité ses troupes pour avoir « sauvé Damas », alors qu’une offensive est en cours pour éliminer le dernier fief rebelle aux portes de la capitale, ont rapporté ses services. « Sur le front dans la Ghouta orientale, le président Assad avec les héros de l’armée arabe...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut