Moyen Orient et Monde

Haro sur la Russie à l’ONU

OLJ
13/03/2018

Une énième réunion sur la Syrie à l’ONU s’est transformée hier en chambre d’accusation contre la Russie, accusée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni d’être responsable de l’absence de cessez-le-feu dans la Ghouta orientale. Arrêtez avec les « reproches sans fin contre la Russie ! », a lancé froidement l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia, après les interventions de ses homologues américain, français et britannique. Dans leurs discours, les États-Unis ont cité « 22 fois » la Russie, la France « 16 fois », le Royaume-Uni « 12 fois », a-t-il ironisé.
Pour la France, « la Russie peut faire arrêter le bain de sang », a déclaré l’ambassadeur français François Delattre. « Nous savons que la Russie, compte tenu de son influence sur le régime, de sa participation aux opérations, a la capacité de convaincre le régime par toutes les pressions nécessaires d’arrêter cette offensive terrestre et aérienne » contre la Ghouta orientale, a ajouté le diplomate français. La Russie a mené « au moins 20 missions de bombardements quotidiens à Damas et dans la Ghouta orientale pendant les quatre premiers jours » ayant suivi l’adoption de la résolution de trêve, a renchéri l’ambassadrice américaine Nikki Haley. Face à la non-application du cessez-le-feu et au vu des comportements de la Russie et du régime syrien, « l’heure est venue d’agir », a-t-elle souligné, en annonçant un nouveau projet de résolution sur une trêve immédiate en Syrie. Le texte est « simple, contraignant » et « ne permet aucun contournement », a-t-elle ajouté. L’ambassadrice américaine n’a pas dit quand il serait mis au vote du Conseil de sécurité.
 « Est-ce que la Russie est devenue l’outil de Bachar el-Assad et, au pire, de l’Iran ? » a insisté la diplomate américaine. Elle a en outre prévenu pour sa part que si le Conseil n’agissait pas, Washington était « prêt à agir si nous le devons ». Les positions occidentales traduisent une « ligne politique » qui « n’est pas motivée par des considérations humanitaires », a rétorqué Vassily Nebenzia, en laissant entendre que les accusateurs cherchent surtout à défendre des opposants à Damas.
Sans citer la Russie, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé « tous les États » à faire appliquer la trêve et permettre que de l’aide internationale parvienne aux civils. Il est devenu « urgent de permettre des évacuations humanitaires », a-t-il réclamé.
La France veut, a-t-il ajouté, « des mesures concrètes », à commencer par « le départ des combattants terroristes de la Ghouta » avec l’ « aide active de l’ONU ». « Au-delà, il nous faut un dispositif robuste pour suivre heure par heure la cessation des hostilités, l’évacuation des blessés, l’acheminement de l’aide humanitaire », a-t-il ajouté.
L’ambassadeur russe a assuré que Moscou faisait « des efforts concrets » pour cette aide humanitaire. Il a précisé que des militaires russes avaient participé à la sécurisation de récents convois humanitaires de l’ONU dans la Ghouta orientale, une information confirmée de sources diplomatiques occidentales.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants