X

Culture

Lorsque Bach se rend à Jbeil...

Festival al-Bustan

Dans  le beau cadre de l’église Mar Charbel Maad, le jeune violoncelliste
Victor-Julien Laferrière présente ce soir à 19 heures les « Suites n° 1, 3 et » 5 de Bach.

OLJ
10/03/2018

Né dans une famille de clarinettistes (sa mère et son père sont soliste à l’Opéra de Paris), le jeune Laferrière entre en musique à l’âge de quatre ans. À 7 ans, il étudie le violoncelle avec René Benedetti, avant d’intégrer le Conservatoire de Paris à 13 ans dans la classe de René Pidoux, dont il sort en 2008 flanqué du premier prix. Par la suite, il fréquente de 2009 à 2016 d’autres écoles européennes, dont, de 2005 à 2011, l’Académie de musique internationale de Seiji Ozenawa. En 2012, Victor-Julien Laferrière remporte le premier prix ainsi que les deux prix spéciaux du Concours international du printemps de Prague avant d’être nommé aux Victoires de la musique classique 2013 dans la catégorie « Révélation soliste instrumental ». Musicien accompli, il affectionne également la musique de chambre. Ainsi, en 2012, il crée, avec la violoniste Mi-Sa Yang et le pianiste Adam Laloum, le trio Les Esprits, et leur premier album, paru chez Mirare en 2014, comprend le Trio n° 6 de Beethoven et le n° 3 de Schumann.
Que ce soit en trio ou en soliste, le jeune artiste se produit constamment dans toute l’Europe avec divers orchestres. L’année 2017 est celle de sa consécration. Il devient le premier violoncelliste lauréat du prestigieux concours Reine Élisabeth de Belgique, dans lequel ne figuraient jusqu’à présent que les catégories chant, piano et violon.
Les Suites qu’il interprète ce soir dans le cadre du festival al-Bustan, pour un concert extra-muros à Jbeil, sont un élément incontournable du répertoire pour violoncelle, car Bach y présente toutes les possibilités polyphoniques de l’instrument. Si de grands musiciens se sont pliés à cet exercice (et non des moindres, comme Yo-Yo-Ma, Mstislav Rostropovitch, Pierre Fournier, Jaqueline du Pré…), certains ont attendu la maturité pour enregistrer les Suites. On a souvent l’occasion de les écouter dans différentes œuvres audiovisuelles : comme accompagnement dans le téléfilm Six Crimes sans assassins en 1990, mais aussi dans le film Master and Commander en 2003, Les Amours imaginaires de Xavier Dolan en 2010, mais aussi avec Yo-Yo Ma en personne, qui interprète un morceau des Suites dans la série West Wing, à l’occasion de Noël à la Maison-Blanche.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants