Dernières Infos

Un groupe audiovisuel saoudien cesse de diffuser les séries turques

AFP
06/03/2018

Le groupe audiovisuel saoudien MBC a cessé de diffuser, au grand dam de nombreux téléspectateurs arabes, les séries télévisées turques sur fond de turbulences dans les relations entre Ankara et plusieurs pays arabes.

"Nous essaierons de remplacer les feuilletons turcs par des productions arabes de grande qualité qui incarnent les valeurs et les traditions de la région", a déclaré mardi à l'AFP Mazen Hayek, porte-parole de MBC.

Les chaînes du groupe ont cessé vendredi la diffusion des séries turques, très populaires de Bagdad à Casablanca, dans un contexte de relations difficiles entre Ankara et des pays arabes, notamment dans le Golfe.

L'Arabie saoudite et ses alliés, notamment les Émirats arabes unis, se méfient de plus en plus de la Turquie, jugée favorable à des groupes islamistes comme les Frères musulmans qui sont perçus comme une menace pour la sécurité régionale.
La Turquie n'a pas caché son soutien au Qatar dans sa dispute avec ses voisins. L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu en juin 2017 avec le Qatar, l'accusant de soutenir des mouvements "terroristes" et de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran, grand rival régional de Riyad au Moyen-Orient. 

Mais M. Hayek a insisté sur le fait que la décision de MBC de se passer d'une moyenne de six heures quotidiennes de programmation turque était motivée uniquement par des raisons culturelles et économiques. Le coût moyen de production d'une heure de série dramatique arabe se situe entre environ 32.000 à 81.000 euros, contre environ 202.000 euros pour un feuilleton turc, a-t-il affirmé.
"Le défi est maintenant de combler le vide des feuilletons turcs avec des contenus arabes de haute qualité", même s'il y a une pénurie de talents techniques et artistiques arabes, a déclaré M. Hayek. "Nous investissons dans des contenus alternatifs", a-t-il soutenu en reconnaissant toutefois la popularité des séries turques auprès de femmes au foyer dans les pays arabes. 

"Pour certaines personnes, la vie s'est arrêtée", a dit une téléspectatrice sur Twitter, en utilisant le hashtag "Les séries turques ne sont plus diffusées".
Un autre tweet avec le même hashtag décrit la déprime des téléspectatrices brusquement privées de leurs feuilletons en cours : "Maintenant, j'ai de l'hypertension, un taux de sucre élevé dans le sang". 

MBC est contrôlée par l'homme d'affaires saoudien Walid al-Ibrahim qui a été récemment détenu pendant près de trois mois dans le cadre d'une vaste campagne anticorruption visant l'élite saoudienne.

Le Financial Times a rapporté que les autorités avaient ordonné à M. Ibrahim de céder sa participation majoritaire dans MBC pour obtenir sa libération, ce qui n'a pas été confirmé par les autorités saoudiennes.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants