Dernières Infos

Blanchiment d'argent : les lois respectent les standards internationaux, affirme Berry

Liban
OLJ
23/01/2018

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a assuré mardi à un haut responsable du Trésor américain que les lois libanaises sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme étaient au plus haut niveau, alors que Washington a lancé une enquête sur le "narcoterrorisme" présumé du Hezbollah.

"Les lois votées par le Parlement libanais font du Liban un pays appliquant les plus hautes normes juridiques internationales sur le plan des transferts financiers, de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme", a déclaré M. Berry lors d'un entretien à Aïn el-Tiné avec le secrétaire adjoint du Trésor pour le financement du terrorisme, Marshall Billingslea. "Les Libanais, forts de leur présence sur l'ensemble du monde, sont attachés à ce que le Liban respecte ces normes", a ajouté le chef du mouvement chiite Amal, allié au Hezbollah.

De son côté, M. Billingslea a salué l'action de la Banque du Liban et des banques libanaises sur ce plan.

Lundi, le responsable américain s'était entretenu avec le chef de l'Etat, Michel Aoun, et le Premier ministre, Saad Hariri.

La justice américaine a formé le 11 janvier une équipe spéciale chargée d'enquêter sur "le financement et le narcoterrorisme du Hezbollah", considéré par les Etats-Unis comme un groupe "terroriste".

Le Congrès américain avait adopté en 2015 une loi prévoyant des sanctions contre les banques finançant sciemment le Hezbollah, l'ennemi juré d'Israël. Selon les enquêteurs américains, le réseau du Hezbollah comprendrait des livraisons de cocaïne entre l'Amérique latine et l'Europe ou les Etats-Unis, et un circuit de blanchiment entre des sociétés-écran du Panama, des banques libanaises et même l'exportation de voitures d'occasion des Etats-Unis vers l'Afrique de l'Ouest.

Vendredi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait démenti que son mouvement s'adonne au trafic de drogue pour se financer. "Ce sont des accusations injustes qui ne se basent sur aucun fait, qui ne sont pas vraies", a-t-il lancé.



À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué