X

Liban

Deux films, « The Post » de Spielberg et « Jungle », interdits au Liban

Censure

« Qui va nous rembourser » les pertes financières ? demande une source d'Empire Cinemas.

16/01/2018

Les autorités libanaises ont interdit la diffusion de deux films, The Post du célèbre réalisateur américain Steven Spielberg, qui devait sortir en salle jeudi, et la production australienne Jungle de Greg McLean, conformément au boycottage arabe d'Israël respecté par Beyrouth.
Une source autorisée au sein de la Sûreté générale, interrogée hier par L'Orient-Le Jour, a expliqué que la commission chargée de la censure des films cinématographiques diffusables (qui ne dépend pas de la SG) a émis un avis dans lequel elle propose l'interdiction du film de M. Spielberg.
« The Post ne peut dans ce cadre pas être diffusé avant la décision du ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, qui a le dernier mot à ce sujet », a expliqué cette source. « La décision d'interdire la diffusion du film au Liban ne relève donc pas de la SG », a-t-elle tenu à préciser.
La Sûreté générale doit elle aussi émettre son avis sur la diffusion du film et le transmettre au ministre.
M. Spielberg figure sur la liste noire du bureau central de boycottage de la Ligue arabe, pour avoir donné un million de dollars à Israël pendant la guerre de 2006 entre l'État hébreu et le Hezbollah au Liban, a rappelé la source au sein de la SG. The Post a été interdit en raison de cette liste « que le Liban respecte », a-t-elle précisé.
The Post réunit à l'affiche Meryl Streep et Tom Hanks. Il revient sur la publication inédite en 1971 par le Washington Post de documents confidentiels du Pentagone, exposant les mensonges des États-Unis en lien avec la guerre du Vietnam.

« Des protestations »
Un autre film, la production australienne Jungle, qui raconte la descente aux enfers d'un voyageur israélien incarné par Daniel Radcliffe, a vu sa licence retirée après plusieurs jours de diffusion dans les salles au Liban, a par ailleurs indiqué le responsable de la SG. Jungle retrace le périple tragique de l'aventurier israélien Yossi Ghinsberg, égaré dans la forêt amazonienne en Bolivie en 1981.
Le film avait été critiqué il y a quelques jours par un communiqué de la « Campagne pour le boycott des soutiens d'Israël au Liban », qui protestait contre la diffusion du film car il traite d'un « voyageur israélien » et l'une de ses productrices est israélienne.
« Nous avons expliqué au distributeur du film que sa diffusion pouvait provoquer des troubles. Il semble que le distributeur ait décidé de le retirer des salles », a confié la source sécuritaire à L'Orient-Le Jour.

« Risque sécuritaire »
Contactée par L'OLJ, une source au sein d'Empire Cinemas, la compagnie responsable de la distribution du film Jungle dans les salles libanaises, donne une version différente des faits. « Le film est d'abord entré au Liban normalement. Après examen, la commission (chargée de la censure des films cinématographiques diffusables) nous a demandé de censurer certains passages du film, chose que nous avons acceptée », explique cette source. « Nous avons ensuite été surpris par la Sûreté générale qui nous a expliqué que la diffusion du film constituerait un risque sécuritaire pour les salles de cinéma et qu'elle souhaitait le retrait du film. Nous avons alors réclamé à la SG un document officiel qui décrète l'interdiction du film, ce que nous n'avons pas obtenu », regrette la source. Elle affirme que « des agents de la SG ont été envoyés dans les salles de cinéma où le film était diffusé, afin d'intimer aux salles d'arrêter cette diffusion. Ils ont même envoyé des agents au Cascada Mall à Zahlé, dans la Békaa ! Vous imaginez » ?
Cette source déplore un manque à gagner considérable qui se chiffre « entre 10 et 15 000 dollars, sans parler des frais pour les publicités qui ont déjà été réservées ». « Qui va nous rembourser ces montants ? » lance la source.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué