X

La Dernière

Le bestiaire fantastique de Sibylle Tarazi

Mode
29/12/2017

La marqueterie et le savoir-faire traditionnel du Moyen-Orient, elle est tombée dedans quand elle était petite. Sibylle Tarazi porte un nom qui est en soi un défi, celui d'une lignée d'archéologues, designers et artisans célèbres. Cela n'a fait que l'encourager à chercher et trouver sa propre voie. Élevée entre Beyrouth, Paris et Rome, aussitôt diplômée en graphic design de l'AUB, elle s'en va couronner ses études à la Milan Domus Academy avec un master en design d'accessoires, spécialité bijoux. C'est à ce moment-là que commence pour elle la partie la plus difficile de son parcours, ce moment où elle est invitée à définir son style et à se distinguer.

Pour ce premier projet sur lequel elle planche depuis un an, la créatrice s'est inspirée d'un petit meuble de collection créé par ses ancêtres il y a plusieurs décennies, et dont un exemplaire ayant appartenu à Nicolas Sursock est exposé au musée d'art moderne éponyme. Il s'agit d'un petit cabinet marqueté équipé de tiroirs à secrets. La jeune femme s'est attelée à dessiner des modules cinétiques grâce auxquels elle confère à ses petits coffres, déclinés en cinq modèles, épreuves d'artistes d'une édition limitée, un nouveau langage visuel. Dans ces « cabinets de curiosité » aussi insolites qu'inédits, les formes et les bords semblent bouger sous l'effet des illusions optiques que provoquent les modules de bois précieux, de laiton et d'os. Ainsi, le zigzag conçu pour le coffret Twin Peaks fait des vagues ; l'alternance des couleurs sur le modèle XOX donne un effet clignotant ; les lignes droites des carrés dans une alternance de formes entières et divisées semblent elles aussi bouger dans le coffret One and a half, et ainsi de suite. Ces coffrets se veulent non seulement vivants mais lieux de vie, vivariums, pour une faune précieuse en laiton doré à la feuille.

Scorpions, papillons, abeilles ou crocodiles se promènent en toute familiarité dans l'étrange géométrie dessinée par Sibylle Tarazi qui est avant tout créatrice de bijoux. Aussi jouent-ils les bijoux d'intérieur en se promenant sur le bois plutôt que dans les bois, mais aussi en jouant les petites bêtes qui montent, exquises broches surgies d'un bestiaire imaginaire. La collection Curiosity Cabinets de Sibylle Tarazi est à découvrir à la Galerie Dehab de l'architecte Simone Kosremelli, rue Pasteur, jusqu'au 30 décembre.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!