Diaspora

À Rachaya, un oratoire en hommage à une jeune journaliste disparue en Argentine

Hommage
19/12/2017

Le village de Beit Lahia (caza de Rachaya) a récemment rendu hommage à une jeune journaliste libano-argentine originaire de la localité, Ninawa Daher, disparue tragiquement dans un accident de voiture en 2011. Quatre familles du village ont offert une parcelle de terrain pour construire un oratoire en sa mémoire, appelé oratoire de Notre-Dame du Liban, réalisé par l'architecte Élias Aboud, dans un design qui fait écho à la jeunesse et à la mort précoce de Ninawa. À son centre, une statue de la Vierge.

Ninawa était une vedette en Argentine, connue comme présentatrice de programmes à la TV, dans lesquels elle traitait de thèmes internationaux et culturels, principalement sur la communauté libanaise et arabe en Argentine. Elle avait visité plusieurs fois le Liban pour fortifier ses liens familiaux et culturels, et avait reçu, au fil des ans, plusieurs prix comme révélation journalistique. En 2011, Ninawa, qui n'avait que 32 ans, perd sa vie en pleine jeunesse dans un accident de la route tragique à Buenos Aires. En Argentine, ceux qui l'ont connue et ont pleuré la perte de Ninawa Daher, une personne pleine de joie et qui a pu représenter à la perfection les deux cultures libanaise et argentine dans ses programmes télévisés et de par sa notoriété dans la société argentine. Après son décès, la famille Daher a créé la Fondation Ninawa Daher à Buenos Aires (http://ninawadaher.org).

 

(Lire aussi : Victoire de la « dabké » libano-argentine à Zaarour)

 

 

Ninawa était issue, comme tant d'autres de par le monde, de l'immigration libanaise. En 1927, les frères Élia et Nehmi Daher quittent leur village de Beit Lahia, situé près de Rachaya el-Wadi (Békaa-Ouest), au pied du mont Hermon, et partent vers l'Argentine. À Buenos Aires, ils ouvrent un magasin commercial appelé la « Tienda la Libanesa ». Ils participent à la formation sociale de la communauté libanaise. Élia rentre au Liban peu après, pour se marier. Son fils Youssef Daher, journaliste, marié avec Widad Abou Assali, devait lui aussi émigrer en 1951 en Argentine. Il a eu trois enfants, dont Alicia Daher, qui est devenue docteure en psychologie clinique. Celle-ci se marie avec son cousin, Ghandour Daher, né au Liban et ayant émigré en Argentine en 1974, professeur d'histoire et de sciences politiques. Ils ont eu deux filles : Sumaia (1976) et Nínawa (1979). Sumaia étudie également la psychologie clinique, elle est musicienne, compositrice et chanteuse. Nínawa a suivi des études en droit et en journalisme.

C'est donc près 90 ans après le départ d'Élia et Nehmi Daher que le village de Beit Lahia a rendu un grand hommage à sa petite-fille née en Argentine et disparue trop tôt, Ninawa. À cette occasion sont venus d'Argentine les parents de Ninawa, Ghandour et Alicia et sa sœur Sumaia. Une cérémonie religieuse a été célébrée par Mgr Joseph Mouawad, évêque de Zahlé, aidé du secrétaire général de l'Ordre maronite libanais, le père Michel Abou Tacca et le père Georges Mefteh. Ont assisté à la cérémonie l'ambassadeur d'Argentine Ricardo Larriera, le directeur général des émigrés au ministère des Affaires étrangères Haytham Joumaa, ainsi que d'autres autorités politiques, religieuses et civiles du village de Beit Lahia et de la région.

À l'issue de la cérémonie, un spectacle de folklore libano-argentin a été présenté par le groupe de danse Baïlando d'Amérique latine, dans une osmose des deux cultures libanaise et argentine, qui sont une réminiscence de la joie de Ninawa et de son combat pour préserver la culture libanaise au sein de la diaspora. L'ambassadeur Larriera a parlé du rôle joué par la communauté libanaise en Argentine et de sa contribution au progrès du pays dès la première vague d'émigration à la fin du XIXe siècle. Il a évoqué l'influence des émigrés dans le renforcement des liens fraternels entre les deux pays et en faveur du changement de l'image du Liban en Argentine, ce auquel a grandement contribué le travail de Ninawa Daher dans les médias.

À savoir que suite au décès de Ninawa, qui était une vedette du petit écran en Argentine, une loi nationale a été promulguée pour faire du 3 octobre, sa date de naissance, le jour de la Jeunesse argentine d'origine libanaise. Aujourd'hui, avec l'oratoire de Notre-Dame du Liban à Beit Lahia, les rencontres religieuses et culturelles entre le Liban et l'Argentine franchissent un nouveau pas.

 

Cette page est réalisée en collaboration avec l'Association RJLiban. E-mail : monde@rjliban.com – www.rjliban.com

 

Lire aussi

Nínawa Daher, une étoile filante libanaise qui a brillé dans le ciel de l'Argentine

 

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.