Économie

Les pomiculteurs appelés à récupérer leurs derniers chèques

Agriculture
OLJ
08/12/2017

Le Haut Comité de secours (HCS) a publié un communiqué relayé par l'Agence nationale d'information appelant les producteurs de pommes qui n'ont toujours pas reçu leurs chèques à se rendre à ses bureaux à Beyrouth les 11 et 12 décembre pour les récupérer. Le 9 octobre, le ministre des Finances avait déclaré avoir transféré au HCS les 20 milliards de livres (13,3 millions de dollars) restants promis aux pomiculteurs indemnisés pour leurs pertes en 2016. Antoine Hoyek, le président de l'Association des agriculteurs, a indiqué à L'Orient-Le Jour que les aides d'une majorité des producteurs, soit environ 20 000 d'entre eux, avaient été versées sur des comptes en banque ouverts à cet effet.
Les pomiculteurs sont confrontés à d'importantes difficultés liées au blocage des voies d'exportation terrestres suite à la fermeture de la frontière syro-jordanienne en 2015, entre autres raisons. Le gouvernement avait décidé en octobre 2016 de verser à chaque producteur une subvention de 3,3 dollars pour chaque caisse de 20 kg de pommes invendues, affectant un budget total de 26 millions de dollars. Des aides qui ont commencé à être distribuées en mai.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué