Moyen Orient et Monde

Hospitalisation du plus haut dignitaire chiite du pays

Bahreïn
OLJ
05/12/2017

Le plus haut dignitaire chiite de Bahreïn, cheikh Issa Qassem, a été hospitalisé dans un état critique, ont affirmé hier sa famille et une ONG. Ce dignitaire de 75 ans avait été déchu de la nationalité bahreïnie en juin 2016 après avoir été accusé par les autorités d'avoir servi « des intérêts étrangers ». Il est connu pour ses critiques contre le pouvoir sunnite de Bahreïn, un pays à majorité chiite.
Le dignitaire chiite est de facto assigné à domicile à Diraz, une banlieue de la capitale Manama. Des proches ayant requis l'anonymat et le président par intérim du Centre bahreïni des droits de l'homme, Nedal Salmane, ont affirmé que son état de santé était critique.
Les autorités bahreïnies ont autorisé sa famille à l'emmener à un hôpital de son choix après que cette dernière eut décliné les soins médicaux fournis par l'État, selon l'ONG et un de ses proches.
Jeudi dernier, cheikh Maytham Salmane, représentant le Centre bahreïni des droits de l'homme et le Centre interreligieux de Bahreïn, avait affirmé que la vie du dignitaire chiite était « en danger ».

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué