X

Culture

François Beaune, interlocuteur attitré de la « mare nostrum »

Rencontre

L'écrivain repense le rapport entre sujet et récit à travers ses mille et une histoires vraies de Méditerranée.

21/11/2017

« Parmi le récit de votre vie, quelle serait cette histoire qui vous a marqué, qui vous tient à cœur, qui vous est chère et que vous aimeriez partager avec le reste du monde ? » Telle est la question que François Beaune a posée des milliers de fois durant des mois tout autour de la Méditerranée. Initié en 2011, le projet « Histoires vraies » et le collectif du même nom rassemblent des histoires quotidiennes, drôles, touchantes ou tristes : un projet humaniste et artistique.

« Se coltiner la réalité »
« Histoires vraies » se présente comme une banque de données collaborative, une formidable collection de confidences venues des quatre coins de la Méditerranée pour alimenter la créativité artistique de qui voudra bien les lire. La littérature et l'art en général s'attachent à la réalité, affirme François Beaune pour qui ce projet consiste à « constituer une glaise ou un bloc de granite, le mettre sur la table pour ensuite le travailler, le sculpter ».
Sur histoirevraie.org, on se plonge donc dans l'histoire de ces chauffeurs de taxi beyrouthins las de conduire le soleil en pleine figure, dans celle d'un clochard honnête qui refuse de garder l'argent trouvé par terre ou encore celle d'un professeur d'histoire des religions dont l'ordinateur est infesté de djinns.

« Remettre de la complexité »
Micro en main, François Beaune a arpenté les rivages de la Méditerranée pour donner la parole à ceux qui veulent bien s'exprimer : 1 500 histoires ont été recueillies, mais cela ne lui suffit pas. « On ne peut pas se contenter de 1 500 livres dans une bibliothèque, de la même manière qu'on ne peut pas se contenter de 1 500 histoires. On est quand même trois cents millions autour de la Méditerranée », explique-t-il. Le projet est simple : redonner de la complexité au réel dans un contexte qui favorise une simplification parfois dangereuse. Multiplier les discours pour éviter le risque du lieu commun et, par-dessus tout, redonner la parole aux individus.
Reste à charge de l'écrivain de figurer cette matière pour lui donner une forme et une intellection. Ce travail a donc donné naissance à un livre : La Lune dans le puits (Vertical). Récit de vie d'une personnalité collective, cet ouvrage (que l'auteur a présenté au Salon du livre francophone de Beyrouth) reprend des histoires vraies de différentes personnes pour recréer une existence fictive, un personnage collectif qu'on suit de l'enfance à la vieillesse.
Nouvel ouvrage à paraître de l'auteur, L'esprit de famille, 77 positions libanaises interroge le rapport à la famille grâce aux histoires récoltées. Une question passionnante dans un pays où l'appartenance familiale prime et où la cellule clanique reste une composante majeure du tissu social.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.