X

Liban

L’initiative « Rou7 Beirut » entend redynamiser le commerce de proximité

Véritable coup de pouce, la campagne de promotion « L'esprit de Beyrouth » a été lancée par Ziyad Abs au musée Sursock, à Achrafieh.

11/11/2017

Réunissant cinquante propriétaires de magasins et sept ONG, les membres de « L'esprit de Beyrouth » souhaitent mettre un frein à la désertion des commerces de proximité engendrée par l'expansion des centres commerciaux. « Nous créons aujourd'hui un réseau de commerçants pour remettre à l'honneur l'âme de Beyrouth, qui n'a rien à voir avec les gratte-ciel ou les voitures de luxe. Le charme des ruelles et des échoppes de la capitale se doivent de subsister », explique l'ingénieur et activiste Ziyad Abs, initiateur de cette nouvelle campagne. « Nous ne pouvons pas transformer Beyrouth en Dubaï. Le charme de la ville est en train de mourir à petit feu. Nous devons réellement redéfinir ce qui fait l'âme de la capitale », insiste M. Abs, également responsable de l'ONG Logos.
Concrètement, ce réseau aura pour but de mettre en lumière les attraits de nombreuses échoppes beyrouthines, en publiant régulièrement des photos et des vidéos sur les réseaux sociaux. « Dès la semaine prochaine, une quarantaine de célébrités (politiques locaux, chanteurs, responsables de médias) vont arpenter les rues de la capitale afin de promouvoir différents lieux », assure-t-il.

Possibilité de microcrédit
En collaboration avec Achrafieh Stairs, Logos, 3ishBeirut, Beirut Circle, Mews, Chreek, Zaranbaqi et Money sal, les acteurs participant au projet espèrent ainsi pérenniser leur action en multipliant leurs activités.
Rou7 Beirut travaille sur deux axes, en mettant sur pied des actions avec les tenanciers des magasins. Par exemple, en leur apprenant diverses techniques de marketing, notamment pour la promotion de leurs produits sur les réseaux sociaux. Le second « coup de pouce » concerne la création d'une ligne de microcrédit. « Nous allons permettre aux commerçants de disposer de 1 000 à 5 000 dollars, à condition que ceux-ci acquièrent de nouveaux produits », explique Ziyad Abs. Certains petits commerçants vivant au jour le jour espèrent que cette initiative pourra leur apporter une bouffée d'oxygène.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants