X

Culture

Lubnan et Rami dans la version de leurs « Stories »...

E-terview

Maestro Baalbacki dirige ce soir l'Orchestre philharmonique libanais tandis que le pianiste Khalifé plie les touches du clavier à son imaginaire exacerbé.

10/11/2017

Deux musiciens trentenaires qui révolutionnent avec fougue le paysage musical. Maestro Lubnan Baalbacki et Rami Khalifé, ensemble pour une musique aux accents portant l'empreinte d'une débordante vitalité. C'est le pianiste, à travers le jeu des questions et réponses d'une e-terview, qui jette un éclairage neuf sur ses histoires, « Stories »...

Depuis combien de temps ne vous êtes-vous plus produit au Liban ? Quelles sont vos impressions pour ce retour ?
La dernière fois remonte au Festival de Amchit, en août dernier. Je donne à peu près quatre à cinq concerts par an. Aucune impression particulière : les répétitions viennent de commencer, ce n'est que le début du chemin...

Vous allez donner ce soir, en tant que piano soliste, la réplique à l'Orchestre philharmonique libanais sous la direction de Lubnan Baalbacki. Pourquoi cette alliance musicale ? Complicité de jeunesse ?
Lubnan est l'un des jeunes chefs d'orchestre les plus doués du Moyen-Orient. Mis à part les similitudes de l'âge, je pense que ce sont surtout sa culture musicale, sa vision et son envie de prendre des risques dans le répertoire qui m'ont conduit à travailler avec lui. C'est aussi, dans la vie, un ami. Ce qui facilite notre entente.

Pouvez-vous nous éclairer sur le programme que vous allez interpréter ?
Je vais jouer le premier volume de mon œuvre pour piano et orchestre, Stories. Une première au Liban. Nous venons d'ailleurs, avec Lubnan, de jouer et d'enregistrer, il y a une semaine, le deuxième volume de cet opus avec l'Orchestre philharmonique du Qatar. Nous sommes en pleine phase d'une création commune.

Vous vous êtes taillé une belle réputation de pianiste virtuose. Mais vous êtes aussi un compositeur de musique moderne. Où vous situez-vous exactement ?
Je me considère surtout comme quelqu'un qui aime la création. Et j'essaye par conséquent de délivrer un message honnête et de partager ma passion avec le public. Je ne m'attarde pas trop sur la description que les gens voudraient donner....

Le piano est votre instrument de prédilection pour la musique. Comment le définissez-vous ?
Le piano est mon outil d'expression. C'est un instrument complet, qui permet d'exprimer mélodies et harmonie. Je le conçois de manière très percussive. J'aime bien en expérimenter les sonorités nouvelles et y trouver mon langage personnel en tant que pianiste.

Quels sont vos projets pour l'avenir proche ?
Les projets sont multiples. Bien sûr, continuer à composer, enregistrer du piano solo, du piano avec orchestre, collaborer avec mon père Marcel et aussi finir la tournée européenne que j'ai commencée avec mon groupe « Aufgang » qui mélange sonorités électroniques et acoustiques.

Qu'avez-vous à dire à vos nombreux fans qui vont venir vous applaudir ?
C'est toujours un plaisir de jouer au Liban, notamment à l'église Saint-Joseph, et je suis sûr que l'on partagera un beau moment ensemble.

 

*L'Orchestre philharmonique libanais sous la direction de Lubnan Baalbacki, et Rami Khalifé en soliste au piano, donneront un concert ce soir, vendredi 10 novembre, à l'église Saint-Joseph à 20h30 précises. Entrée libre.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué