Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Bahreïn: prison à vie pour 10 chiites accusés de complot "terroriste"

Un tribunal de Bahreïn a condamné mardi dix chiites à la prison à vie et à la déchéance de nationalité pour complot "terroriste", au lendemain de la condamnation de 19 autres pour les mêmes motifs.

Trois des prévenus ont été condamnés par contumace, ayant fui en Iran, a précisé sur Twitter Ahmad al-Hamadi, le chef du parquet chargé des affaires "terroristes".

Les dix personnes ont été reconnues coupables d'avoir planifié des attaques "terroristes", introduit des armes à Bahreïn et reçu des entraînements sur le maniement de ces armes en Iran et en Irak, a affirmé M. Hamadi.

Lundi, 19 chiites avaient été condamnés à de lourdes peines de prison pour intelligence avec l'Iran et constitution d'une cellule secrète dans le but de renverser le régime. Huit personnes avaient été condamnées à la prison à vie, neuf à 15 ans de prison chacun et deux à dix ans de prison chacun.

Le tribunal a déchu de leur nationalité 15 des 19 condamnés dans le cadre de cette affaire, selon le verdict.
Des dizaines d'opposants bahreïnis ont été traduits en justice et condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir appelé à renverser le gouvernement.

Ces condamnations ont été généralement accompagnées de déchéances de la nationalité.

Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, mène depuis 2011 une sévère répression contre les représentants de la majorité chiite qui demandent des réformes et le respect des droits de l'Homme.

La dynastie sunnite au pouvoir à Bahreïn nie toute discrimination envers les chiites et accuse l'Iran voisin d'attiser les tensions, ce que dément Téhéran.


Un tribunal de Bahreïn a condamné mardi dix chiites à la prison à vie et à la déchéance de nationalité pour complot "terroriste", au lendemain de la condamnation de 19 autres pour les mêmes motifs.
Trois des prévenus ont été condamnés par contumace, ayant fui en Iran, a précisé sur Twitter Ahmad al-Hamadi, le chef du parquet chargé des affaires "terroristes".
Les dix personnes...