Liban

Affaire Ella Tannous : la famille de la petite fille appelle à des mesures disciplinaires à l‛encontre des médecins coupables

Santé
OLJ
14/09/2017

La famille d'Ella Tannous a adressé hier une lettre ouverte au président de l'ordre des médecins, le Dr Raymond Sayegh, l'appelant à déférer le dossier de la petite fille devant le conseil disciplinaire de l'ordre et à sanctionner les coupables.
En 2015, la petite fille avait été amputée des quatre membres à la suite d'une infection bactérienne. Son pédiatre avait alors été accusé d'être responsable de l'amputation et avait été emprisonné pendant plusieurs jours. Il avait été libéré après avoir payé une caution d'un montant de 100 millions de livres libanaises.
En avril dernier, sur base du rapport présenté par la commission médicale chargée par la justice d'examiner le dossier, le juge d'instruction de Beyrouth avait publié un acte d'accusation inculpant trois médecins et trois hôpitaux accusés d'avoir occasionné des lésions à la petite fille. Les délits dont sont accusés les hôpitaux et les médecins sont passibles de peines allant du paiement d'une amende jusqu'à la prison pour un an.
« Nous sommes étonnés qu'aucune mesure disciplinaire n'ait été encore prise par l'ordre des médecins à l'encontre des praticiens ayant fait l'objet de l'acte d'accusation », peut-on lire dans la lettre. La famille s'est également dit étonnée de « n'avoir pas reçu une réponse à la requête présentée au greffe de l'ordre il y a plus de trois mois, dans laquelle elle réitère son appel à déférer le dossier d'Ella Tannous devant le conseil disciplinaire afin de prendre des mesures à l'encontre des médecins coupables ».
« Malheureusement, aucune mesure n'a été prise dans ce sens », déplore la famille d'Ella Tannous, qui affirme que l'ordre « insiste à protéger les médecins », comme « si nous avons besoin d'une dizaine de cas comme Ella pour qu'il agisse ».

Affaire Sophie Mechleb
Par ailleurs, le père de Sophie Mechleb, petite fille qui s'était retrouvée en état de paralysie totale à la suite d'une chirurgie, s'est interrogé hier contre les raisons pour lesquelles le rapport présenté par le ministère de la Santé sur l'affaire n'a pas encore été déposé au greffe du parquet près la Cour de cassation. Il a appelé le procureur général près la Cour de cassation, le magistrat Samir Hammoud, à ouvrir une enquête pour tirer au clair les raisons pour lesquelles ce dossier a été occulté et à identifier les responsables.

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

et voila, au moins dans ce cas personne n'oserait dire " ou est l'etat " "WAYN EDDAWLE ?"
bon mais C trop triste , voir l'ordre des medecins lui aussi se derober a ses obligations les plus sacrees !
agir/ne pas reagir excatement comme l'etat- absoudre les coupables.......

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.