Liban

Les cinq menaces qui pèsent encore sur le Liban...

Décryptage
11/09/2017

Alors que le Liban devrait être en train de célébrer la victoire éclatante sur les terroristes de Daech dans le jurd, les polémiques internes assombrissent l'atmosphère et n'en finissent pas de refléter le profond clivage politique. Au point que les services sécuritaires ne cachent pas leurs craintes de voir les « cellules dormantes » terroristes profiter de ces failles dans le paysage politique pour frapper de nouveau au Liban. Selon une source sécuritaire bien informée, les menaces terroristes au Liban sont au nombre de cinq.

D'abord les camps de déplacés syriens installés un peu partout sur le territoire libanais et au sein desquels les services libanais ont un accès limité. Il ne s'agit certes pas d'une accusation raciste ou politique, mais d'une constatation, basée sur des données objectives, les camps de déplacés étant un vivier de misère, de promiscuité et de désœuvrement qui favorise l'attrait des jeunes pour les groupes radicaux parce qu'ils se sentent marginalisés par la société. La seconde menace provient des réseaux secrets que les groupes terroristes ont largement eu le temps d'installer dans différentes régions du Liban au cours des trois dernières années, notamment en raison du clivage politique et confessionnel du pays qui a entravé le travail des services de sécurité. On se souvient ainsi qu'il n'y a pas si longtemps encore, certains services de sécurité ne pouvaient pas procéder à des arrestations ou même à des investigations dans certaines régions à coloration confessionnelle précise.

La troisième menace provient de ce qu'on appelle désormais « les loups solitaires », des terroristes isolés qui décident d'agir de leur propre initiative et de lancer seuls une attaque contre des civils ou des cibles précises. Ces « loups solitaires » qui ne disposent plus de grands moyens peuvent se doter de bombes artisanales ou utiliser, comme en Europe, des voitures qui seraient lancées contre la foule, comme cela s'est passé récemment dans plusieurs pays d'Europe. Les analystes sont unanimes pour estimer que le fait d'avoir recours aux « loups solitaires » montre que les groupes terroristes n'ont plus autant de moyens qu'auparavant et sont ainsi contraints de procéder à des attaques low cost, mais elles n'en restent pas moins, hélas, efficaces, d'abord parce qu'elles font des victimes et ensuite parce qu'elles suscitent un climat de panique au sein de la population, amenant celle-ci à douter de la protection des services de sécurité. La quatrième menace provient de certains milieux populaires qui restent plus ou moins favorables aux thèses radicales et peuvent ainsi constituer un environnement fertile pour les groupes terroristes, ou en tout cas pour les « loups solitaires ». Lutter contre cette menace suppose un travail de développement à long terme, mais plus vite l'État et ses institutions s'installeront dans ces zones défavorisées et moins les risques des tentations radicales seront importants.

La cinquième menace provient du camp palestinien de Aïn el-Héloué qui abrite des groupes radicaux et des cellules terroristes liées à l'étranger, et plus particulièrement à Raqqa. Le camp de Aïn el-Héloué reste la principale source d'inquiétude, même si les groupes radicaux ont pu installer des foyers dans d'autres camps, sachant que les réfugiés palestiniens se déplacent de l'un à l'autre. Mais il est désormais de notoriété publique que le groupe de Bilal Mikati et celui de Chadi Mawlawi sont bel et bien dans le camp de Aïn el-Héloué. Les autorités libanaises en charge du dossier des camps avaient sommé les différentes organisations palestiniennes de mettre un terme à leurs activités terroristes. En principe, c'était le Fateh de Mahmoud Abbas qui devait se charger de cette mission, étant l'interlocuteur officiel de l'État libanais au nom des Palestiniens et ayant, de ce fait, une légitimité pour prendre en charge la sécurité du camp. Mais en raison de la lutte intestine et armée au sein même du Fateh entre les partisans de Abbas et ceux de son rival, Mohammad Dahlan, la mission n'a pas pu être accomplie et un compromis a été finalement conclu qui a contraint les groupes de Mikati et de Mawlawi à se replier vers l'intérieur du camp. En même temps, et sur l'impulsion de la députée Bahia Hariri, qui a multiplié ces derniers jours les réunions avec les différentes organisations palestiniennes, un accord a été conclu qui prévoit la formation d'une commission palestinienne commune chargée de dialoguer avec les autorités libanaises, au sujet notamment des personnes recherchées par la justice libanaise et cachées dans le camp. Cette volonté de créer des structures claires pour gérer les problèmes éventuels au camp, et d'autres entre lui et les autorités libanaises, vise aussi à réduire la menace terroriste. Il s'agit aussi d'une action préventive de la part du Liban qui craint de plus en plus les tentatives israéliennes de convaincre l'ONU de mettre un terme aux activités de l'Unrwa. D'une part, pour enfoncer encore plus le Liban dans les problèmes de financement des réfugiés, et d'autre part pour pousser ces derniers à devenir de plus en plus dépendants des aides arabes et étrangères, sans les fonds fournis par les Nations unies. L'enjeu est de taille pour le Liban...

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlik Sanferlou

Un revolver à la tempe et le doigt du malfaiteur prêt à tirer et je me soucie du rhume et des rhumatismes... Bizzare

carlos achkar

Le Liban n'est menacé que par la milice du Hezbollah et par les partis et hommes politiques affiliés à la Syrie.

Hitti arlette

Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu pour subir toutes ces calamités ?qu'est ce qu'on a fait pour etre privé d' un petit moment de répit ? La cause palestinienne "sacrée" pour une partie de libanais continue de nous accabler . Quant aux syriens ils nous en ont fait voir des vertes et des pas mures . Et rebelote, les syriens nous reviennent par centaines de milliers dont des terroristes chevronnés . A quand la délivrance ? Seul, Lui sait .

Pierre Hadjigeorgiou

Je n'ai même pas pris la peine de lire votre article car il est prévisible, ça devient fatiguant... Mais juste en réponse au titre, le Liban n'est menacé que par un seul facteur, un seul danger, une maladie: la présence du Hezbollah et de partis politiques a obédience étrangère. tout le reste se sera réglé en moins d'un an si ceux la venaient a disparaître du pays... Le reste n'est que parlotes et fumisteries a deux sous!

C. F.

""...D'une part, pour enfoncer encore plus le Liban dans les problèmes de financement des réfugiés, et d'autre part pour pousser ces derniers à devenir de plus en plus dépendants des aides arabes et étrangères, sans les fonds fournis par les Nations unies. L'enjeu est de taille pour le Liban...""

Comment s’organise le financement des réfugiés ? D’aucuns diront par cynisme que c’était toujours profitable financièrement au Liban, malgré la menace qu’ils représentent.

C. F.

Vous écrivez :
Première menace
""…les camps de déplacés étant un vivier de misère, de promiscuité et de désœuvrement qui favorise l'attrait des jeunes pour les groupes radicaux parce qu'ils se sentent marginalisés par la société…""

Et vous écrivez aussi :
""…La quatrième menace provient de certains milieux populaires qui restent plus ou moins favorables aux thèses radicales et peuvent ainsi constituer un environnement fertile pour les groupes terroristes, ou en tout cas pour les « loups solitaires »…""

Vous soulevez les passions en soulignant que les raisons socio-économiques sont la matrice du terrorisme, et que d’autres évoquent même des raisons psychiatriques. Milieu social ou fanatisme (celui-ci est commun à toutes les couches de la société), il est temps de voir la réalité en face et non pas de tout ramener à la haine du genre humain, des valeurs de société… Vous avez raison de d’évoquer ces deux raisons surtout dans le cas libanais.
Voiture-bélier, ou camion-bélier (comme à Berlin ou à Nice) ou un "loup solitaire" sur un coup de tête. Par les attaques "low cost" le coût est moindre pour l’auteur, mais le bilan est très lourd en victimes humaines. De quel côté est le "low cost" ?

Nader Marc

Le Liban est serieusement menace par une seule et unique entite. Qui, de surcroit, se croit divine et par la faute de laquelle nos voisins du Sud risquent de provoquer notre Apocalypse ...

Ma Fi Metlo

Quand Scarlett montre la lune , j'évite de regarder son doigt .

Proverbe chinois dit avec finesse à l'endroit des teubêts.

Le Faucon Pèlerin

Les menaces sont multiples : Le création de PSNS en 1932 qui nie l'existence d'un Liban indépendant et dont le logotype officiel est une croix gammée hitlerienne stylisée; l'accueil successif dès 1948 des réfugiés palestiniens avec leur statut particulier; les Accords du Caire en 1969; la création du Hezbollah pro-iranien en 1982-85...

Saleh Issal

Encore un coup d'épée dans l'eau de Scarlet.
Elle a tout simplement cité cinq menaces pour couvrir le Hezbollah critiqué de toute part. Elle a oublié aussi la menace, non pas hypothétique mais réelle, que le Hezbollah et ses suppôts syriens et iraniens représentent pour un Liban démocratique et indépendant .
Le coup d'état du 7 mai, les mosquées qui sautent à Tripoli, les accusés du Hezbollah, par le TSL et par tous les libanais, dans les assassinats, les dizaines de méfaits ou crimes dont on connaît les auteurs (Hezbollah ) mais qui restent impunis, les armes illégales sous des raisons fallacieuses, les guerres inutiles provoquées par Nasrallah.......ce sont les vraies menaces qui pèsent sur le Liban.
Et aujourd'hui l'arrestation du meilleur des représentants libanais du cinéma mondial, Ziad Doueiri.
Voilà les problèmes mme Scarlet.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES MENACES DES DEUX VOISINS QUI SURPASSENT CELLES DES TARES ? N,EST-CE PAS DU BARATIN QUE D,ENUMERER TOUTES LES SECONDAIRES ET D,OUBLIER A DESSIN LES DEUX PREMIERES ?

Zaidan Christine

Cher Scarlett.

Votre article est completement a coté de la plaque.

Le premier risque pour le Liban c'est le Hezbollah qui prend les decisions nationales a la place de l'etat Libanais.

Le second risque est la dette publique

Le troisieme risque c'est les mafias de vol dirigés par les politiciens et sous fiffres employés a la fonction publique.

Le 4eme risque c'est les voyous terroristes crées par Assad et envoyés par ses bons soins pour semer la zizanie et justifier son maintien au pouvoir.(votre article)

Bery tus

Et aucune menace venant du régime syrien comme à nahr el berid ou des lignes rouges avaient été tracer devant l'armée libanaise ?!?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Parce qu’il y a hommes et hommes...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.