Rechercher
Rechercher

Liban - Libertés

Le cinéaste Ziad Doueiri sommé de comparaître aujourd’hui devant le tribunal militaire

C'est le spectacle d'un Liban schizophrène, irrationnel, soumis à un terrorisme intellectuel obscurantiste, et méprisant son propre rayonnement – qu'il doit d'ailleurs à ses fils – que le Liban continue d'offrir au monde entier.

Hier soir, en rentrant d'Italie, en prévision de l'avant-première, prévue demain mardi, de son film L'insulte, primé à la Mostra de Venise et pour lequel l'acteur palestinien Kamel el-Basha a obtenu le prix de la meilleure interprétation masculine, le réalisateur libanais Ziad Doueiri a été interpellé à l'aéroport de Beyrouth, conduit dans une pièce annexe et prié poliment par les agents de la Sûreté générale de leur remettre ses deux passeports libanais et français, avec, en prime, une demande de comparaître aujourd'hui devant le tribunal militaire, à cause d'une plainte déposée contre lui en juin dernier. Le motif de la plainte reste pour l'heure inconnu. Pour toute précision, les agents de la SG se sont contentés d'avertir M. Doueiri que le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Sakr Sakr, se chargera de tout lui expliquer.

 

A noter, en outre, que c'est le Liban officiel, à travers son ministère de la Culture, qui a choisi un film de Ziad Doueiri l'Insulte, pour représenter le pays dans la course à l'Oscar 2018 du meilleur film étranger.

 

Dimanche soir, le cinéaste a assuré ignorer les chefs d'accusation qui lui étaient reprochés. "Ils m'ont gardé à l'aéroport de Beyrouth près de deux heures et demi. Ils m'ont relâché après avoir confisqué mon passeport français et libanais", a précisé le cinéaste dimanche soir à l'AFP. "Je dois comparaître (lundi) à neuf heures du matin (06H00 GMT) devant un tribunal militaire pour une investigation concernant un chef d'accusation que j'ignore", a-t-il indiqué. "Je suis profondément blessé. Je viens au Liban avec un prix de la Mostra de Venise, et la police libanaise a autorisé la diffusion de mon film. Je ne sais pas qui est responsable de ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

 

L'affaire serait-elle liée à son film L'attentat qui avait été interdit de diffusion dans les pays de la Ligue arabe parce que certaines scènes avaient été tournées en Israël? Le film avait été réalisé en 2012 et entre-temps Ziad Doueiri était venu à plusieurs reprises au Liban, sans être importuné.

Si la question se pose aujourd'hui, c'est à cause d'un véritable pamphlet publié jeudi dernier dans le quotidien al-Akhbar contre le réalisateur libanais.  Car faisant fi des multiples bouleversements qui secouent la double scène palestinienne et arabe depuis plusieurs années, certains s'obstinent à vouloir tenter de faire planer un climat de terrorisme intellectuel sur le pays.
Adapté du best-seller de Yasmina Khadra, L'attentat est l'histoire d'un chirurgien israélien d'origine arabe dont la femme est l'auteur d'un attentat suicide.

 

 

Lire aussi

Ziad Doueiri à la Mostra de Venise

Ziad Doueiri, le retour de l'enfant prodigue


C'est le spectacle d'un Liban schizophrène, irrationnel, soumis à un terrorisme intellectuel obscurantiste, et méprisant son propre rayonnement – qu'il doit d'ailleurs à ses fils – que le Liban continue d'offrir au monde entier.
Hier soir, en rentrant d'Italie, en prévision de l'avant-première, prévue demain mardi, de son film L'insulte, primé à la Mostra de Venise et pour lequel...

commentaires (6)

Je vois rouge Envie de vomir Quelle honte Nous ne savons rien préserver de ce que nous avons de bien

Riga Pavla

20 h 11, le 11 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Je vois rouge Envie de vomir Quelle honte Nous ne savons rien préserver de ce que nous avons de bien

    Riga Pavla

    20 h 11, le 11 septembre 2017

  • Pour Ceux qui ont tendance a l'oublier, Ennivres par les artifices des fetes, des mondanites et des semblants de liberte... Un triste rappel a L'evidence, sur la zone geographique ou nous vivons et sous quel regime particulierement.

    Cadige William

    10 h 20, le 11 septembre 2017

  • CE TERRORISME INTELLECTUEL EST UN DES VESTIGES QUE NOUS A LAISSE LA TRISTE OCCUPATION DU BAAS (ET JE NE DIS PAS SYRIENNE), ET QUE CERTAINS PARTIS LIBANAIS VEULENT FAIRE TOUJOURS PLANER SUR LES LIBANAIS. ON EST TOUS APPELES A Y RESISTER...

    Ghassan Darwich

    10 h 12, le 11 septembre 2017

  • La liberté d’expression est –elle vraiment en danger ? A suivre .

    Antoine Sabbagha

    09 h 02, le 11 septembre 2017

  • ON DIT LE MOTIF A L,ACCUSE POUR QU,IL PREPARE SA DEFENSE AVEC SON AVOCAT...

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    08 h 57, le 11 septembre 2017

  • Plainte déposée contre lui, par qui? Pour quel motif? La moindre des choses aurait été de le lui dire. De plus, en quoi la justice militaire est-elle concerné? Ziad Doueiri n'est pas militaire, que je sache?

    Yves Prevost

    06 h 47, le 11 septembre 2017

Retour en haut