Dernières Infos

Turquie: deux députés du principal parti prokurde déchus de leur mandat

AFP
27/07/2017

Deux députés du principal parti prokurde turc, dont une dizaines d'élus sont détenus, ont été déchus de leur mandat par le Parlement jeudi, pour "absentéisme", a annoncé leur formation.

Faysal Sariyildiz et Tugba Hezer Öztürk, députés du Parti démocratique des peuples (HDP), ont été déchus de leurs fonctions à une large majorité des voix du Parlement dominé par l'AKP, le parti islamo-conservateur au pouvoir.

La raison invoquée pour cette mesure est leur "absentéisme", a expliqué à l'AFP une responsable du HDP. "C'est la première fois que des députés perdent leur siège pour ce motif", a-t-elle affirmé.
"Ceux qui usurpent la volonté du peuple en votant (la déchéance) sous prétexte d'+absentéisme+ et ceux qui ferment les yeux sur l'épuration politique doivent se préparer à vivre dans la honte", a dénoncé sur Twitter la co-présidente du parti, Serpil Kemalbay.

Mme Hezer Öztürk et M. Sariyildiz figurent sur une liste, publiée début juin par le ministère de l'Intérieur, de 130 ressortissants turcs se trouvant à l'étranger qu'Ankara a menacé de déchoir de leur nationalité s'ils ne rentraient pas en Turquie dans les trois mois. Ils n'ont pas siégé au Parlement depuis octobre, selon le quotidien Hürriyet.

"La mission que nous a confiée le peuple, la promesse de lutte que nous avons faite à notre peuple, ne changeront pas à cause de la décision illégale de cette alliance fasciste", a réagi sur Twitter Mme Hezer Öztürk.
"La dictature la plus tragicomique ne l'histoire n'échappera pas à la justice", a déclaré M. Sariyildiz.

Ce vote porte à quatre le nombre de députés du HDP à avoir perdu leur mandat. Ils étaient 59 à avoir été élus lors des dernières élections législatives en novembre 2015.

Parmi les élus déchus figure notamment Figen Yüksekdag, ex co-présidente du parti en détention depuis novembre, avec 10 autres députés, dont l'autre co-président du HDP, Selahattin Demirtas.
Ils sont accusés, ainsi que de nombreux autres cadres du parti détenus à travers le pays, de liens avec les séparatistes kurdes du PKK, une organisation classée "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

Le HDP a toujours farouchement nié être une vitrine politique pour le PKK. Le parti affirme être visé en raison de son opposition au président turc Recep Tayyip Erdogan.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué