Charlie Prince

Ce qu’en dit le professeur - Mona Tarazi

OLJ
22/07/2017

Voir Charlie danser, poser son regard, décomposer un mouvement, faire onduler ses muscles, maîtriser ses articulations jusqu'aux phalangines et phalangettes afin d'exprimer l'émotion à travers des figures purement esthétiques me plaît énormément et me surprend peu ! En effet, l'ayant accompagné en français en classe de seconde, j'avais rapidement décelé en lui le poète, le musicien, l'artiste... Habituée aux élèves qui baillent en regardant leur montre, j'ai été déstabilisée par l'attitude de Charlie qui, toutefois, est l'attitude que tout professeur rêve de rencontrer. Ses réactions à l'égard des textes littéraires n'avaient rien à voir avec celles d'un adolescent visant le bac. Il s'extasiait, s'enthousiasmait, se désolait, s'attristait et finissait par faire sien le texte à force de l'intérioriser. Ainsi, il continue de s'émouvoir, de reconsidérer son vécu et sa culture, les décomposant et les recomposant pour nous les offrir à travers l'harmonie de ses créations chorégraphiques et musicales. Charlie m'a entraînée dans son intériorité, un univers de sensibilité, de beauté et de poésie que je retrouve à chaque fois que je le regarde danser. Dans ma carrière de professeur, il aura été mon dernier élève et je le remercie de cette belle clôture.


Mona Tarazi est enseignante de littérature.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué