X

Moyen Orient et Monde

Les FDS reprennent à l’EI un village proche de Raqqa

Syrie

Deux Américains et un Britannique tués sur le front en combattant auprès des YPG.

OLJ
12/07/2017

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis, ont annoncé s'être emparées d'un village tenu par le groupe jihadiste État islamique (EI) près de son fief de Raqqa. « Les FDS ont pris le village d'al-Akerychi à l'est de la cité (de Raqqa). Des attaques de l'EI, à la voiture piégée, pour le reprendre ont échoué », a indiqué cette alliance arabo-kurde, tard dans la nuit de lundi. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ce village servait à l'EI de base militaire et de camp d'entraînement. Ce camp portait le nom de l'ancien chef d'el-Qaëda, Oussama Ben Laden. En outre, l'OSDH a indiqué que les FDS contrôlent désormais 30 % de Raqqa. Toutefois, elles peinent jusqu'ici à progresser dans la ville face au déluge de feu des jihadistes.
Par ailleurs, deux Américains et un Britannique ont été tués en combattant aux côtés des forces kurdes dans l'offensive contre Raqqa, ont annoncé hier ces forces. Les trois hommes, engagés au sein des Unités de protection du peuple kurde (YPG), semblent être les premiers volontaires étrangers tués depuis que les combats ont commencé dans la ville du nord de la Syrie. Dans un communiqué publié sur leur site, les YPG ont affirmé que les Américains sont Robert Grodt et Nicholas Warden, et le Britannique un dénommé Luke Rutter, sans préciser le lieu exact où ils ont été tués. Ils figurent parmi six « martyrs » sur le front de Raqqa. Dans des tweets publiés hier, les YPG affirment que Rutter et Warden « sont tombés en martyrs en action » le 5 juillet, tandis que Grodt est mort le lendemain. Les YPG ont également diffusé une vidéo sur leur compte Twitter dans laquelle on voit Rutter apparaître face à la caméra en habits militaires, arme à la main. Il y explique avoir reçu une formation et des leçons de langue kurde depuis son arrivée en Syrie en mars. « J'ai menti à des gens qui me sont chers pour venir ici. Je ne regrette pas ma décision et j'espère que vous la respectez », dit-il. Les YPG sont une composante majeure des FDS, qui ont lancé l'opération pour reprendre Raqqa en novembre 2016. Il leur a fallu sept mois pour atteindre la ville, avant d'y pénétrer le 6 juin. Sur leur chemin, elles se sont emparées de plusieurs régions autour de la cité.
De son côté, l'ONU a estimé hier qu'entre 30 000 et 50 000 civils sont toujours pris au piège à Raqqa, contre près de 100 000 fin juin.

Un avion du régime abattu
Ailleurs en Syrie, des rebelles ont affirmé avoir abattu, hier, un avion de l'armée de l'air du régime près d'une région couverte par la trêve en vigueur dans trois provinces du sud de la Syrie. Deux groupes rebelles opérant dans le sud-est du pays ont, dans un communiqué conjoint, revendiqué cette opération. « L'avion a été abattu et s'est écrasé dans un territoire sous contrôle du régime. Le sort du pilote n'est pas connu », a dit Fares al-Mounjed du groupe rebelle Les Forces d'Ahmad al-Abdo. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé que l'avion avait été abattu près d'un village situé à la frontière entre les provinces de Damas et de Soueida. Cette dernière est l'une des trois provinces où un cessez-le feu, initié par les États-Unis, la Russie et la Jordanie, est entré en vigueur dimanche à 12h00, heure locale. Les deux autres provinces où la trêve est en vigueur sont Deraa et Quneitra. Ces provinces du Sud syrien font partie des « zones de désescalade » du plan conclu entre la Russie et l'Iran, alliés du régime de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles.
Malgré la trêve, globalement respectée, le régime syrien a lancé lundi une offensive contre les rebelles dans la province de Soueida, selon l'OSDH, mais un média d'État a affirmé que l'assaut était dirigé contre des jihadistes. D'après l'OSDH et des groupes rebelles, les affrontements se poursuivaient hier dans cette province.
Source : AFP

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après le budget, la classe politique en mode électoral

Commentaire de Anthony SAMRANI

Leur califat est mort, pas encore enterré

Un peu plus de Médéa AZOURI

#metoo

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.