Diplomatie

Nouvel échec des négociations pour réunifier Chypre

Une manifestation, fin juin, à Nicosie, appelant à la réunification des deux parties de l’île de Chypre. Iakovos Hatzistavrou/AFP

Des négociations marathons en Suisse, destinées à trouver une solution au conflit de Chypre vieux de plus de 40 ans, se sont soldées par un échec hier. Les discussions ont achoppé sur des questions épineuses, comme le retrait des troupes turques du nord de l'île méditerranéenne, les garanties de sécurité d'un futur État et la volonté de la Turquie de maintenir des droits d'intervention, selon des sources diplomatiques.
L'île de Chypre, qui compte un million d'habitants, est divisée depuis l'invasion en 1974 par l'armée turque de son tiers nord, en réaction à un coup d'État visant à rattacher le pays à la Grèce, qui avait inquiété la communauté chypriote-turque. Depuis, la République de Chypre, admise au sein de l'Union européenne en 2004, n'exerce son autorité que sur la partie sud où vivent les Chypriotes-Grecs. Dans le tiers nord occupé, les Chypriotes-Turcs ont autoproclamé la République turque de Chypre du Nord (RTCN), reconnue uniquement par Ankara.
De multiples séries de négociations ont eu lieu ces dernières décennies pour tenter de rapprocher les vues des deux communautés. En vain. La dernière en date, qui s'est déroulée du 28 juin au 7 juillet dans la station alpine suisse de Crans-Montana, s'est aussi conclue sans accord. Pourtant, ces intenses pourparlers sous l'égide de l'ONU avaient été présentés comme la meilleure chance pour trouver une solution. « Je suis profondément déçu de vous informer que, malgré l'engagement et la détermination de toutes les délégations et des différentes parties sur place, la conférence sur Chypre s'est conclue sans parvenir à un accord », a annoncé le patron de l'ONU Antonio Guterres aux journalistes.

« Pas la fin de la route »
Les Chypriotes-Grecs ont aussitôt accusé la partie rivale du nouvel échec. « En dépit des efforts colossaux, aucune avancée n'a malheureusement pu être réalisée, en raison de l'insistance de la partie turque à maintenir le Traité des garanties, l'intervention turque à Chypre et la présence illégale des troupes turques sur l'île », a déploré le porte-parole de la délégation chypriote-grecque, Nikos Christodoulides. « Ce résultat n'est en rien positif, mais ce n'est pas la fin de la route », a-t-il ajouté devant les journalistes.
Son homologue turc a pour sa part estimé que cet échec « montre qu'une résolution ne peut pas être trouvée avec les paramètres de la mission de bons offices de l'ONU ». Selon une source proche des négociations, durant les échanges autour de la table des négociations, « il y a eu des gens qui hurlaient, beaucoup d'émotions ».

Source : AFP


Des négociations marathons en Suisse, destinées à trouver une solution au conflit de Chypre vieux de plus de 40 ans, se sont soldées par un échec hier. Les discussions ont achoppé sur des questions épineuses, comme le retrait des troupes turques du nord de l'île méditerranéenne, les garanties de sécurité d'un futur État et la volonté de la Turquie de maintenir des droits...

commentaires (0)

Commentaires (0)