X

Liban

Pharaon : La réunion de concertation renforce la stabilité politique

OLJ
22/06/2017

Le ministre d'État à la Planification, Michel Pharaon, a exprimé son soutien hier à la réunion de concertation à laquelle le président de la République, Michel Aoun, convie aujourd'hui les représentants des partis politiques présents au sein du gouvernement, et son appui à l'ordre du jour de cette rencontre, qui porte sur les réformes politiques, ce qui selon lui est de nature « à consolider la stabilité politique ».
M. Pharaon s'est toutefois étonné que le Sénat soit l'une des questions qui seront posées durant la réunion, à en croire les médias. Il s'agit d'une question à soumettre à un débat consensuel, or toutes les composantes communautaires ne seront pas représentées à la rencontre, a-t-il fait valoir. « Ce point devrait être discuté au gouvernement, pas en dehors de cette institution », a-t-il indiqué, avant de souligner : « Si le Premier ministre et le président de la Chambre n'étaient pas chefs de parti, auraient-ils été conviés à cette réunion ? »
Michel Pharaon a par ailleurs affirmé que les appréhensions des Libanais aux niveaux économique et financier poussent à consolider l'entente politique, illustrée par la réunion de concertation à laquelle les parties gouvernementales sont conviées. « Le dialogue autour du développement des institutions constitutionnelles et l'application de l'accord de Taëf qu'organise aujourd'hui le chef de l'État est une initiative importante qui consolide la stabilité politique et qui doit être élargie au gouvernement et en dehors de son cadre », a lancé M. Pharaon, lors d'un iftar à l'hôtel Kempinsky, saluant en outre « le rôle de l'armée et des services de sécurité dans la lutte contre le terrorisme et la sécurité préventive ».
« Au Liban, le désespoir est interdit », a-t-il soutenu, se félicitant de ce que « l'espoir se soit accru après l'élection présidentielle, la formation du gouvernement et l'adoption de la loi électorale ».
Le ministre d'État à la Planification a enfin évoqué la mission du Liban basée, a-t-il dit, sur « l'espérance, le partenariat et la modération », soulignant qu'« aujourd'hui, face aux conflits dans la région, le terme libanisation ne signifie plus partition mais modèle de solution ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.