Liban

La misère et la tristesse sont moins pénibles en musique...

Réfugiés
20/06/2017

Sur des canapés colorés, déposés sur une moquette rouge, les gens sont assis, comme enivrés par le son hip-hop, teinté d'électro, craché par les enceintes. La Syrie, pays d'origine des deux DJ aux commandes, YaKuZan et Zaki, devient underground, presque révoltée, dans le salon de Riwaq, bar populaire du quartier de Mar Mikhaël. « Ce n'est pas un concert, mais plutôt une fête », souligne Victoria Lupton, codirectrice de Seenaryo, l'association libanaise organisatrice de l'événement.

Pour sa 24e édition, le festival britannique Meltdown, parrainé cette année par la chanteuse britannique d'origine sri-lankaise, Mia, a fait appel à l'association Seenaryo, fondée il y a deux ans, afin de coordonner deux concerts retransmis en live à Londres, au Southbank Centre : l'un à Mar Mikhaël, au Riwaq, et l'autre dans les camps de Chatila. Le premier a eu lieu mardi dernier et le deuxième dimanche. « Ce sont deux événements complètement différents, alors que le premier prône le partage, le deuxième est plus intimiste puisqu'il n'est pas ouvert au public. Aussi, il n'y a pas eu de DJ professionnels », précise Lupton. Seuls la famille et les proches des membres de l'association Yabaad ont été conviés.

 

« Donner une voix à ceux qui en sont dépourvus »
Seenaryo agit surtout à Beyrouth et dans la Békaa, et dispose d'environ 250 professeurs. L'association promeut l'intégration des réfugiés à travers l'art comme la musique, le théâtre ou encore la peinture. Avec l'aide de deux organisations, Yabaad School et Women Now for Development, Seenaryo pilote différentes manifestations culturelles avec les enfants syriens et palestiniens. « Nous souhaitons encourager les jeunes qui regardent vers le futur. La performance de ces artistes est vitale, elle donne une voix à ceux qui en sont dépourvus », déclare Victoria Lupton.

Les deux DJ professionnels n'ont pas été choisis au hasard. « Ils étaient très enthousiastes à l'idée de participer à ce projet. » De plus, Zaki, DJ originaire de Damas, enseigne la musique aux enfants réfugiés au sein de l'ONG Basma and Zaitouna. « Pour moi, il s'agit d'une redistribution, je veux donner ce que j'ai reçu, c'est comme un transfert d'énergie », explique en arabe le musicien. Une énergie électrique et furieusement contagieuse diffusée jusqu'à Londres.
Ou lorsque la culture devient une caisse de résonance à la cause des réfugiés...

 

Lire aussi
« La dignité », condition sine qua non pour le retour des réfugiés syriens

Ramzi Aburedwan, le Palestinien qui amène la musique aux réfugiés

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Abrogation, dites-vous ?

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.