Rechercher
Rechercher

Liban

Affaire Roy Hamouche : Machnouk s'invite dans le débat autour de la peine de mort

Le ministre libanais de l'Intérieur s'est exprimé lors d'une cérémonie organisée à la caserne Wissam el-Hassan des Forces de sécurité intérieure (FSI) à l'occasion du 156ème anniversaire de l'institution.

Le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est prononcé le 9 juin 2017 lors d'une cérémonie organisée à la caserne Wissam el-Hassan des Forces de sécurité intérieure (FSI) à l'occasion du 156ème anniversaire de l'institution en faveur de la peine de mort, dont le débat a été rouvert après le meurtre de Roy Hamouche. Photo Ani

Le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est prononcé vendredi en faveur de la peine de mort, dont le débat a été rouvert après le meurtre de Roy Hamouche.

Inhumé jeudi, ce jeune étudiant en génie civil à l'Université du Saint-Esprit de Kaslik, avait été abattu par balle dans la nuit de mardi à mercredi à l'issue d'une course poursuite dans le secteur de la Quarantaine, à l'entrée-nord de Beyrouth, après un accrochage à Jal el-Dib où il fêtait son anniversaire.

"Il faut travailler sur une réintroduction de la peine de mort, particulièrement pour les crimes intentionnels", a déclaré M. Machnouk, en marge d'une cérémonie organisée à la caserne Wissam el-Hassan des Forces de sécurité intérieure (FSI) à l'occasion du 156ème anniversaire de l'institution.

Prononçant le mot du président de la République qu'il représentait à cette cérémonie, le ministre de l'Intérieur a également salué les "sacrifices des FSI" dans la "lutte contre le terrorisme" et la "protection des citoyens".

Les trois suspects ont été arrêtés mercredi et jeudi. Hier, H.M., 25 ans, a été arrêté par les agents de la sécurité de l'État, alors que A. Gh. a été appréhendé par les services de renseignements des Forces de sécurité intérieure.

Le tueur présumé, M.H.A., avait été arrêté mercredi soir à Bourj Hammoud dans l'appartement de son amie où il s'était réfugié. M.H.A., 33 ans, est un récidiviste qui a été incarcéré plusieurs années à Roumieh, faisant l'objet de plusieurs mandats d'arrêt.

Selon des sources proches de l'enquête, il serait un membre du mouvement Amal, dirig" le président de la Chambre, Nabih Berry. Le  mouvement Amal a toutefois assuré dans un communiqué que M.H.A "n'a aucune relation avec le mouvement, ni directement ni indirectement".

De son côté, le directeur général des FSI, Imad Osman, s'est engagé à mettre en place une stratégie pour faire des FSI l'une des institutions sécuritaires les plus performantes du monde. "Les missions de notre direction ne débutent pas dans les villages frontaliers et ne se terminent pas dans les ruelles des villes. Nous sommes une force de protection et de loi qui représente le prestige de l'Etat. Cette force assure la sécurité de l'Etat et de ses institutions", a-t-il déclaré.

 

 

Lire aussi

Affaire Roy Hamouche : Tous les suspects arrêtés, mais le traumatisme reste vivace

« Je trouve choquant qu’à chaque crime, les appels se multiplient pour tuer, pour se venger »


Le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est prononcé vendredi en faveur de la peine de mort, dont le débat a été rouvert après le meurtre de Roy Hamouche.


Inhumé jeudi, ce jeune étudiant en génie civil à l'Université du Saint-Esprit de Kaslik, avait été abattu par balle dans la nuit de mardi à mercredi à l'issue d'une course poursuite dans le secteur de...