Trois questions à...

Youssef Fenianos : Tout faire pour réactiver l’aéroport de Kleïate

« Je prendrai toutes les mesures nécessaires en vue de réaliser la réactivation de l’aéroport, pour m’assurer que jamais personne ne pourra reprocher au ministère d’avoir manqué à son devoir à l’égard de ce dossier », affirme Youssef Fenianos.

À l'initiative du ministre des Travaux publics et des Transports, Youssef Fenianos, une délégation de hauts responsables de la Direction générale de l'Aviation civile a effectué samedi une tournée à l'aéroport René Moawad à Kleïate. Les responsables ont inspecté l'état des infrastructures, en vue de réaliser une évaluation première de la situation actuelle de l'aéroport, pour ensuite rédiger un rapport détaillé dans lequel ils indiqueront les besoins nécessaires à sa réactivation.

Pourquoi avez-vous décidé, en ce moment, d'envoyer une délégation inspecter l'aéroport de Kleïate ?
Étant donné que le ministère des Travaux publics et des Transports avait déjà pris la décision de répondre à toutes les possibilités de réactivation de l'aéroport de Kleïate et de Rayak, j'ai envoyé une délégation de haut niveau inspecter les lieux en vue de rendre au ministère un rapport qui répondra à la question suivante : « À quel point l'aéroport est-il prêt à être réactivé ? » Parallèlement, je suis en train d'œuvrer pour la création d'un conseil supérieur de l'Aviation civile, conformément à une loi qui a été adoptée au Parlement il y a douze ans. Selon cette loi, la création de ce conseil devrait précéder toute mesure de réactivation d'un aéroport au Liban.

 

Une réouverture de cet aéroport est-elle réellement envisagée ?
Deux défis essentiels sont à relever avant qu'il ne soit question d'une réouverture de l'aéroport. Tout d'abord, il faut réussir à créer le conseil supérieur de l'Aviation civile. Il faudra ensuite entrer en contact avec l'État syrien pour garantir la sécurité de l'Aviation civile. Et ceci parce que les appareils libanais volent à une altitude de 12 kilomètres lorsqu'ils pénètrent dans l'espace aérien syrien. Or l'aéroport de Kleïate est relativement proche des frontières syriennes, donc au moment de l'atterrissage, l'avion ne pourra pas s'élever à cette altitude.

En tant que ministre des Travaux publics et des Transports, je prendrai toutes les mesures nécessaires en vue de réaliser la réactivation de l'aéroport, pour m'assurer que jamais personne ne pourra reprocher au ministère d'avoir manqué à son devoir à l'égard de ce dossier.

Y a-t-il un consensus entre les différentes parties libanaises sur la réactivation de cet aéroport ?
Tout le monde se dit favorable à la réouverture de l'aéroport René Moawad de Kleïate. Le seul moyen de vérifier la véracité de ces propos est d'entamer concrètement le processus de création du conseil, première condition à sa réactivation. Si une partie devait entraver ce processus, nous saurons qu'elle aura toujours été contre la réactivation. Il en sera de même pour la communication avec l'État syrien, ultérieurement.

 

Pour mémoire

« L'aéroport de Qleyate est un droit pour les habitants du Akkar »


À l'initiative du ministre des Travaux publics et des Transports, Youssef Fenianos, une délégation de hauts responsables de la Direction générale de l'Aviation civile a effectué samedi une tournée à l'aéroport René Moawad à Kleïate. Les responsables ont inspecté l'état des infrastructures, en vue de réaliser une évaluation première de la situation actuelle de l'aéroport,...

commentaires (1)

parole parole parole ......

aliosha

13 h 38, le 24 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • parole parole parole ......

    aliosha

    13 h 38, le 24 avril 2017