Liban

Mission de vie

En toute liberté
Fady NOUN | OLJ
05/04/2017

Ferments de vie et ferments de mort sont à l'œuvre dans ce grand corps malade qu'est le pays. L'entropie nous guette, ce désordre mortel qui gagne un corps social qui se décompose, faute d'entretien. Hier, à Choueifate, la discorde a sonné aux portes. Il faut tout faire pour enrayer cette lente descente en enfer, pour empêcher la dynamique du vivre-ensemble de se dégrader et de triompher. Comme d'autres pays qui se démembrent, le Liban peut mourir. C'est notre mission, c'est à nous d'agir pour que les ferments de vie soient les plus forts.

Il n'y a pas de discours plus haïssable que celui qui porte sur « les droits des chrétiens », sinon peut-être celui des parades paramilitaires. D'ailleurs, c'est leur équivalent politique. Les chrétiens sont les gardiens du vivre-ensemble, pas de leurs droits. Au besoin, ils savent même céder sur leurs droits si cela doit sauvegarder le vivre-ensemble. Ce vivre-ensemble doit être la boussole qui nous guide en élaborant une nouvelle loi électorale. Nous sommes faits pour être le levain dans la pâte, pas le levain à côté de la pâte. Oui, bien entendu, il faut corriger les dérives démographiques et politiques, la juste représentativité est l'un des facteurs à prendre en compte, à condition de rester fidèle à ce qui fait l'essence du Liban. Les frontières communautaires ont depuis toujours été transcendées.La « loi orthodoxe », acceptée subrepticement, aurait dû nous servir d'avertissement. On fait fausse route quand on cherche à faire élire les députés d'une communauté par l'électorat propre à cette communauté. Et certains projets électoraux se limitent, indirectement, à cela : diviser les circonscriptions de telle manière que les députés soient élus par des majorités de la communauté à laquelle ils appartiennent. Est-ce ainsi que l'on bâtit l'avenir ? Par cette logique, nous permettons à la loi électorale de faire ce que les guerres du Liban n'ont pu faire: le tri démographique sur base confessionnelle.

Mais si elles n'ont pu parvenir parfaitement à leurs fins, la guerre et les milices ont quand même distillé le poison du communautarisme dans le corps libanais. Nous sommes à la veille du 13 avril, date du déclenchement d'un conflit qui nous a volé la bénédiction de l'identité libanaise en nous laissant les miettes du communautarisme. Va-t-on se laisser de nouveau faire ? L'Assemblée des évêques maronites, qui tient aujourd'hui sa réunion mensuelle, va-t-elle laisser faire ?

Il existe pourtant des alternatives que l'on n'a pas suffisamment explorées. Le projet de loi de la Ligue maronite est un exemple parmi d'autres. Basé sur le vote majoritaire, ce projet en modère les effets en limitant le nombre de députés pour lesquels l'électeur est en droit de voter. Ainsi, dans une circonscription comme celle de Baalbeck-Hermel, où l'on élit 10 députés (six chiites, deux sunnites, un maronite, un grec-catholique), on limite le nombre de députés éligibles par votant à trois. De la sorte, chacun est libre d'aligner sur son bulletin les trois noms qu'il désire, mais l'on empêche la formation de listes bloquées, dite communément « rouleaux compresseurs ».

Encore une fois, c'est un exemple parmi d'autres. Ce qu'il faut défendre, c'est partout où c'est possible le vivre-ensemble qui, par essence, se nourrit de modération. Les extrémismes se renforcent l'un l'autre. La modération, par contre, est une vertu chrétienne. C'est la compagne de la raison, la sœur cadette de la prudence, la conseillère du courage.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

TROLL & PSEUDONYMES

Le "vivre-ensemble" comme un leitmotiv et non comme un mot d’ordre, (5 fois le vivre-ensemble dans le texte), que d’aucun prétend qu’il s’agit d’un mot creux, qui ne veut rien dire. S’il a perdu toute sa substance un peu partout, d’ailleurs il sert de slogan électoral comme par exemple "souveraineté monétaire", c’est surtout au Liban qu’il a perdu tout son sens, et pour tout vous dire M. Noun, je crains personnellement, qu’on fait fausse route quand on parle de "vivre-ensemble".
Je cite ce passage d’un texte récent sur le vivre-ensemble (mars 2017) d’un philosophe qui peut mieux éclairer la lanterne de certains lecteurs : ""ON A VOULU CROIRE QUE, POUR OBTENIR LA PAIX, IL FAILLAIT LISSER LES ASPERITES, ECRASER LES NUANCES ET EVITER LES DISPUTES, OR C’EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE : UNE SOCIETE QUI REDOUTE LES DESACCORDS OU LES AFFRONTEMENTS N’EST PAS UNE SOCIETE EN PAIX, C’EST UNE SOCIETE EN DANGER, QUI SE CENSURE ELLE-MEME…""
On reviendra au sujet du vivre-ensemble, si vous le voulez bien, quant au mode de scrutin, je laisse aux experts l’élaboration d’une autre loi électorale qui s’est sclérosée depuis 1960….

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Comme d'autres pays qui se démembrent, le Liban peut mourir !
C'est notre mission, c'est à (nous?) d'agir pour que les ferments de vie soient les plus forts." !
Qui ça, "NOUS" ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LES BARBUS DE TOUT BORDS N,AVAIENT LEUR MOT A DIRE LA MEILLEURE FORMULE POUR LE PAYS SERAIT LA LAICITE QUITTE A PARLER ALORS DE PROPORTIONNELLE PAR CASA ... MAIS ON REVE RIEN QUE DE LE MENTIONNER !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Les chrétiens sont les gardiens du vivre-ensemble, pas de leurs droits. Au besoin, ils savent même céder sur leurs droits si cela doit sauvegarder le vivre-ensemble.
Ce vivre-ensemble doit être la boussole qui nous guide en élaborant une nouvelle loi électorale. Nous sommes faits pour être le levain dans la pâte !
On fait fausse route quand on cherche à faire élire les députés d'une communauté par l'électorat propre à cette communauté. Car certains projets électoraux cherchent à diviser les circonscriptions de telle manière que les députés soient élus par des majorités de la communauté à laquelle ils appartiennent.
Avec ceci, nous permettons à la loi électorale de faire ce que les guerres du Liban n'ont pu faire : le tri démographique sur base confessionnelle !
Car la guerre de 75 et les milices ont quand même distillé le poison du communautarisme dans le corps libanais.
Ce qu'il faut défendre, partout, c'est le vivre-ensemble qui, lui, se nourrit de modération. Et la modération, à condition qu'elle soit Non-Niaise, est une Vertu !
C'est alors la compagne de la raison et la conseillère du courage !".
EXCELLENT article de M. Fady NOUN !

AIGLEPERçANT

Un cri du coeur même si c'est un cri dans le désert.

Soeur Yvette

Merci pour cet article qui sert a un projet de vie..j'attends tous les jours votre article...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants