Diaspora

Melhem Riachi loué à Montréal pour sa contribution à la réconciliation interchrétienne

Visite

Le ministre de l'Information s'est entretenu avec la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, de la possibilité de créer un vol direct Montréal-Beyrouth.

20/03/2017

C'est en artisan de la paix que le ministre de l'Information Melhem Riachi a été accueilli et chaleureusement applaudi par la communauté libanaise de Montréal, lors de sa visite de quelques jours, entamée le 23 février dernier.
L'un des principaux artisans de la réconciliation entre les deux grands partis chrétiens du Liban, les Forces libanaises (FL) et le Courant patriotique libre (CPL), a visité tout d'abord l'éparchie maronite. M. Riachi a participé à un dîner rassemblant les représentants des différents partis libanais, sur invitation de Mgr Marwan Tabet, évêque maronite du Canada, en présence du consul du Liban Fadi Ziadé et du clergé maronite de Montréal, ainsi que des personnalités de la diaspora libanaise et différentes associations, dont l'Union maronite en la personne de son président, Donald Eddé.

Un artisan de la,paix
Sami Aoun, professeur de sciences politiques et modérateur de la cérémonie, a décrit M. Riachi comme « un sage et un fin stratège qui use de ses talents pour rendre service au Liban ». M. Aoun a dépeint une personnalité recelant quelque chose de l'érémitisme des moines (d'Orient) et du soufisme. « M. Riachi est un artisan qui a un savoir-faire particulier et rare : celui de rétablir la paix civile », a-t-il déclaré.
Mgr Tabet a pour sa part souligné le rôle de l'Église maronite dans le nationalisme libanais et son objectif visant à préserver l'unité nationale des Libanais de la diaspora. Il a présenté son initiative qui consiste à réunir mensuellement les chefs des bureaux canadiens de différents partis libanais afin d'œuvrer pour le bien commun de leur société et de leurs concitoyens. Il a souligné que « l'éparchie maronite a deux soucis : préserver l'identité et les racines libanaises des immigrants, d'une part, et aider ces derniers à s'intégrer dans la société d'accueil, d'autre part ».
De son côté, le ministre Riachi a fait part de son étonnement de voir que les représentations canadiennes des différents partis politiques libanais s'étaient mises d'accord longtemps avant l'achèvement des ententes entre ces mêmes partis dans leur pays d'origine. Il a déclaré qu'il n'y aura pas un retour en arrière en ce qui concerne les accords conclus entre les FL et le CPL, et qu'ils sont irréversibles.

Festivités à l'Église melkite
Dans les jours qui ont suivi, M. Riachi a été successivement l'invité du consulat du Liban et des FL de Montréal, où il a été accueilli par des centaines de ses compatriotes, des députés et responsables libanais et canadiens.
Après une visite au siège social du journal à grand tirage La Presse, où il s'est informé sur son passage au numérique, le ministre a tenu une conférence de presse avec les médias arabes de la diaspora, au cours de laquelle il a promu son projet de transformer le ministère de l'Information en ministère de Communication et de Dialogue. Il s'est également entretenu avec Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, avec qui il a discuté de la possibilité de créer un vol direct Montréal-Beyrouth.
M. Riachi a enfin assisté à la messe et aux grandes festivités de l'Église melkite de Montréal, qui célébrait les 125 ans de sa fondation. Mgr Ibrahim Ibrahim, évêque des melkites du Canada, a félicité M. Riachi pour sa « grande réalisation qu'est la réunification des chrétiens du Liban », appelant « les autres factions chrétiennes du Liban à s'y joindre ».

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.