Dernières Infos

L'armée syrienne progresse face à l'EI dans le Nord

AFP
07/03/2017

Les forces gouvernementales soutenues par la Russie qui combattent le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie sont très proches d'une importante station de pompage et d'un aéroport militaire, a indiqué mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Elles "sont maintenant aux abords de l'aéroport militaire de Jarrah, de la ville d'Al-Khafsa et de sa station de pompage, qui alimente la ville d'Alep", selon l'OSDH.

L'EI a mis cette station de pompage hors service après la reprise d'Alep par le régime en décembre. Les habitants de la deuxième ville de Syrie n'ont plus d'eau courante depuis une cinquantaine de jours et les forces prorégime ont fait de la reprise de cette installation une priorité.

Selon une source de sécurité gouvernementale, l'armée a fait des "progrès significatifs" lundi en reprenant une vingtaine de villages de ce secteur de l'est de la province d'Alep.

Les forces gouvernementales se trouvent désormais "dans la périphérie d'Al-Khafsa et à proximité de la rive occidentale de l'Euphrate", a indiqué cette source.

"Ces progrès resserrent la corde autour du cou de Daech et font que le retrait des jihadistes (de ce secteur) n'est plus qu'une question de temps", a encore ajouté la source, en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

L'opération terrestre des forces gouvernementales dans l'est de la province d'Alep est accompagnée par d'intenses frappes aériennes et bombardements, ce qui a entraîné un important exode de civils.

Au moins 26.000 personnes ont fui ce secteur depuis le 25 février, selon l'Onu. Nombre d'entre eux ont pris la direction de Manbij, une ville située un peu plus au nord et contrôlée par une alliance de combattants kurdes et arabes appelées les Forces démocratiques syriennes et soutenues par les Etats-Unis.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué