Rechercher
Rechercher

Liban

Raï : La mauvaise gestion du pouvoir, une lèpre sociale

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, lors de la célébration de la messe dominicale, hier, à Bkerké. Photo ANI

Inspiré de la guérison du lépreux, sujet du passage de l'Évangile qu'il a lu hier lors de la célébration de la messe dominicale, à Bkerké, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a comparé la mauvaise gestion du pouvoir à une lèpre sociale mortelle.
« La corruption, le féodalisme politique qui torpille la justice et le droit, et les intérêts privés, sectaires et confessionnels, qui entravent la marche des institutions publiques, notamment les organismes de contrôle, sont une lèpre sociale meurtrière », a asséné Mgr Raï, lors de son homélie prononcée en présence de l'archevêque maronite de Baalbeck et de Deir el-Ahmar, Mgr Hanna Rahmé, et du nonce apostolique, Mgr Gabriel Caccia, qui assistaient à l'office divin. Parmi l'assistance, Émile Rahmé, député de Baalbeck-Hermel à la tête d'une délégation.
Le patriarche maronite a ainsi décrié « la dépravation morale, le vol et le gaspillage des fonds de l'État et du Trésor, ainsi que les pots-de-vin et l'imposition de tributs », qui, a-t-il déploré, « sapent la volonté d'investir et d'élaborer des projets de développement dans les régions ».
« Toutes ces pratiques, ainsi que la pratique d'une politique qui néglige le bien du pays, et les intérêts et les droits des citoyens, sont un fléau meurtrier », a martelé Mgr Raï, classant dans cette même case « le retard dans le vote du budget et de la grille des salaires, l'entrave à une nouvelle loi électorale qui serait élaborée à la mesure de l'État et du peuple, ainsi que la négligence au niveau du problème des déchets, de l'environnement et de la santé publique ».
Le patriarche a conclu son homélie en invitant les responsables à « œuvrer pour guérir ce mal ».


Inspiré de la guérison du lépreux, sujet du passage de l'Évangile qu'il a lu hier lors de la célébration de la messe dominicale, à Bkerké, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a comparé la mauvaise gestion du pouvoir à une lèpre sociale mortelle.« La corruption, le féodalisme politique qui torpille la justice et le droit, et les intérêts privés, sectaires et...

commentaires (4)

Et quid donc, aussi, des Moult "Batrakals" Jamborées…. En JET PRIVÉS ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 22, le 06 mars 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Et quid donc, aussi, des Moult "Batrakals" Jamborées…. En JET PRIVÉS ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 22, le 06 mars 2017

  • Quid de la Non-imposition des Wakkfs/Biens-d’Églises, un Choléra social Mortel alors ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 15, le 06 mars 2017

  • LES LEPREUX... CHER PATRIARCHE... NE PEUVENT PAS ETRE LES MEDECINS CURATEURS DE LA LEPRE !!!

    OLJ LA LIBRE EXPRESSION CONDAMNE VOS CENSURES

    11 h 49, le 06 mars 2017

  • occupe toi d'autre chose

    George Khoury

    11 h 27, le 06 mars 2017

Retour en haut