Ayla Hibri

Ce qu'en dit le professeur - Guto Requena

OLJ
22/02/2017

J'ai rencontré Ayla à Istanbul. Elle m'a rejoint à São Paulo, pour des projets spécifiques qui l'ont fait sortir de son cadre photographique habituel. J'ai tout de suite été fasciné par sa curiosité, son attrait pour ce qui sort de ses habitudes. Elle comparait sens cesse son Beyrouth et mon São Paulo. Chaos urbain, spiritualité brésilienne, utilisation des espaces publics, des différences sociales, l'amour, l'art évidemment : nous discutions de tout quotidiennement. L'art étant une obsession chez elle, j'adorais voir ce que devenaient les gens au travers de son regard photographique : de la pure poésie. Pour un travail de recherche, nous sommes allés pendant 7 jours en immersion au nord du Brésil, dans un minuscule village isolé du Jalapao, appelé Mumbuca, y découvrir l'herbe dorée, qui allait être utilisée dans une ligne de mobilier par une galerie de design française. Et j'ai eu la chance de voir une autre Ayla, enfantine, amusée, naturelle, au contact de son premier nuage d'insectes incendiaires, qui tournoyait et éclairait le feu du village. Même après son départ, nous sentions toujours sa présence, comme une preuve qu'à la suite de ce voyage, ni elle ni nous n'étions plus les mêmes.

Guto Requena est un artiste brésilien.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.