Rechercher
Rechercher

Liban - Polémique

Rifi : Machnouk a « dépassé toutes les lignes rouges possibles et imaginables »

M. Rifi accueillant ses invités au dîner organisé au Miramar, à Tripoli.

L'affrontement verbal entre le ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk et l'ancien ministre de l'Intérieur Achraf Rifi se poursuit.
Hier, M. Rifi a encore haussé le ton d'un cran en lançant une série d'accusations et de défis à son ancien compagnon de route, M. Machnouk.
« J'ai fait l'objet la semaine dernière d'une agression qualifiée, ponctuée de vexations, d'impertinence et d'arrogance », a déclaré l'ancien ministre, en allusion aux propos que lui a adressés M. Machnouk jeudi dernier dans le cadre d'un entretien télévisé.
S'exprimant à l'occasion d'un dîner qu'il a donné à Tripoli aux personnes handicapées, l'ancien ministre a dénoncé la décision de réduire les effectifs chargés de veiller à sa sécurité personnelle, et ce au risque « d'ouvrir une brèche sécuritaire pour permettre à ceux qui sont derrière la série d'attentats politiques de s'y engouffrer ». Une tentative qui, selon lui, vise à l'« assiéger et à lui couper les ailes ».
« Il a dépassé toutes les lignes rouges possibles et imaginables », a enchaîné l'ancien ministre en allusion à Nouhad Machnouk, soulignant que ces tentatives ont pour objectif de le « pousser à changer ses convictions politiques et à se soumettre ».
Et d'ajouter : « C'est le peuple qui aura le dernier mot en définitive. »
À tous ceux qui cherchent à l'écarter du jeu politique, M. Rifi affirme : « Vous avez échoué la première fois, vous échouerez une seconde fois et ce sera la dernière », a-t-il dit.
Tirant à boulets rouges sur la classe politique au pouvoir, l'ancien ministre l'a accusé de « corruption, d'abus de pouvoir et de compromissions », pointant du doigt la distribution des « dividendes des revenus en provenance des ressources pétrolières et gazières et des marchés de gré à gré ».
Autant de transactions qui « commencent par la répartition des hauts postes politiques et administratifs pour finir par la répartition des ressources du pays », et dont « le prix a été versé en retour au mini-État du Hezbollah », a-t-il conclu.


L'affrontement verbal entre le ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk et l'ancien ministre de l'Intérieur Achraf Rifi se poursuit.Hier, M. Rifi a encore haussé le ton d'un cran en lançant une série d'accusations et de défis à son ancien compagnon de route, M. Machnouk.« J'ai fait l'objet la semaine dernière d'une agression qualifiée, ponctuée de vexations, d'impertinence et...

commentaires (4)

LE SEUL VRAI HERO CONTRE TOUS. DUR DUR

Gebran Eid

12 h 12, le 18 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LE SEUL VRAI HERO CONTRE TOUS. DUR DUR

    Gebran Eid

    12 h 12, le 18 janvier 2017

  • RIFI... L,ESPOIR !

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 57, le 17 janvier 2017

  • "Monsieur Rîfî a accusé la classe politique au pouvoir de corruption, d'abus de pouvoir et de compromissions, pointant du doigt la distribution des dividendes des revenus en provenance des ressources pétrolières et gazières et des marchés de gré à gré. Autant de transactions qui commencent par la répartition des hauts postes politiques et administratifs pour finir par la répartition des ressources du pays, et dont le prix a été versé en retour au mini-État de ce héZébbb-là." ! Clair net et précis. Merci Monsieur Achraf Rîfî, yâ Sharîf !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 57, le 17 janvier 2017

  • Tjrs avec toi Rifi, tiens bon.

    George Khoury

    09 h 55, le 17 janvier 2017

Retour en haut