Dernières Infos

Syrie: violents combats à Wadi Barada après la mort d'un négociateur

AFP
15/01/2017

De violents combats ont eu lieu dans la nuit dans le secteur de Wadi Barada, près de la capitale syrienne, entre forces gouvernementales et rebelles quelques heures après l'assassinat d'un négociateur, a rapporté dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"De violents combats ont éclaté après minuit entre forces du régime et des combattants du Hezbollah libanais d'une part et des groupes rebelles de l'autre", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les combats se poursuivent à Wadi Barada, à 15 km de Damas, depuis le 20 décembre en dépit de l'entrée en vigueur fin décembre d'un accord de cessez-le-feu en Syrie sous le parrainage de la Russie, l'Iran et la Turquie, qui prévoit des négociations entre les parties en conflit à partir du 23 janvier dans la capitale du Kazakhstan.

Ces combats ont endommagé les conduites d'eau alimentant Damas, affectant plus de cinq millions d'habitants dans la capitale.

Ils ont repris dans la nuit après la mort du chef du comité des négociations dans la région, l'officier à la retraite Ahmad al-Ghadbane, "tué par des hommes armés non identifiés alors qu'il accompagnait les équipes de maintenance à Wadi Barada", a précisé M. Abdel Rahmane.

Selon lui, "les forces du régime ont tenté avec leurs alliés d'avancer vers la localité d'Ain el-Fijé où se trouvent les sources d'eau" et ont bombardé à l'artillerie lourde après minuit les zones de combats.

Les deux parties s'accusent mutuellement d'être responsable de l'assassinat de M. Ghadbane qui avait pris ses fonctions 24 heures plus tôt en vertu d'un accord permettant l'entrée des équipes de maintenance à Wadi Barada. Ces dernières devaient réparer les infrastructures alimentant la capitale en eau en échange de l'arrêt des hostilités et le départ du secteur des combattants rebelles qui le souhaitaient.

L'agence officielle syrienne Sana a rapporté samedi soir que "des terroristes avaient ouvert le feu" sur M. Ghadbane "à sa sortie d'une réunion avec les chefs des groupes" armés à Ain el-Fijé.

Pour leur part, des organisations locales de la société civile ont dénoncé l'assassinat de M. Ghadbane, tué selon elles "à un barrage du régime". Elles ont appelé l'opposition à "ne pas se rendre (aux négociations) d'Astana", en réclamant des "observateurs de l'Onu pour superviser le cessez-le-feu à Wadi Barada et le départ (des forces du) régime" soutenus par des combattants du Hezbollah.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué