Rechercher
Rechercher

Téléphonie mobile

Journée de protestation citoyenne contre les opérateurs Alfa et Touch

Le ministre des Télécoms, Jamal Jarrah, a confié ne pas avoir fermé sa ligne mobile hier.

Le groupe Observatoire de la société civile a demandé hier aux citoyens de fermer leurs téléphones mobiles pendant 24 heures, en guise de protestation contre les coûts des télécoms dans le pays et la « mainmise » des compagnies Alfa et Touch sur le marché.
Un appel aux propriétaires de téléphone mobile avait été lancé il y a quelques jours sur les réseaux sociaux et l'application de conversation mobile WhatsApp afin d'inviter ces derniers à fermer leurs lignes pendant la journée d'hier. Plusieurs hashtags ont également été mis en circulation sur le net, dont notamment « Je vais fermer ma ligne ». « Alfa et Touch affirment que votre ligne téléphonique ne vous appartient pas. Non, votre ligne vous appartient, vous l'avez payée et personne n'a le droit de l'annuler. Notre but est de faire abolir la recharge mensuelle obligatoire et d'abaisser le coût des appels locaux et internationaux », peut-on lire dans l'appel lancé en ligne. Les utilisateurs de Facebook et Twitter ont massivement commenté cet appel au boycott, les uns exprimant leur soutien, les autres raillant cette initiative en la qualifiant d'inutile.
L'Observatoire de la société civile a pour sa part publié hier un communiqué dans lequel il s'est adressé au nouveau ministre des Télécoms, Jamal Jarrah, tout en précisant qu'il ne lui faisait pas porter la responsabilité de l'état de la téléphonie mobile dans le pays, d'autant qu'il vient « à peine » de se voir remettre le dossier.
« Nous nous adressons à vous, monsieur le ministre, en tant que citoyens qui endurent ce que vous-même, votre famille et le peuple libanais endurent de la part du secteur des télécoms, qui est le pire et le plus cher parmi la téléphonie mobile dans le monde. Nous nous adressons à vous en cette journée nationale de boycott des compagnies de téléphonie mobile Touch et Alfa », indique le communiqué.

Coût réel
Le groupe a dans ce cadre exprimé plusieurs demandes de réformes concernant les lignes prépayées. « Nous demandons au ministère d'étendre la validité d'une ligne prépayée à un an après son activation, sauf si le propriétaire de la ligne choisit de l'annuler, ce qui abolira définitivement la recharge mensuelle injuste (...) et fera en sorte que le propriétaire de la ligne pourra continuer à recevoir des appels même s'il n'a plus de forfait. Nous demandons à payer le coût réel des appels et que la fraction de minute ne soit pas comptabilisée comme une minute entière », souligne le communiqué. Le groupe a également demandé de revoir à la baisse le coût de la minute d'appel local et d'améliorer la qualité de la 3G et de la 4G.
« Concernant les lignes postpayées, nous demandons l'annulation des frais d'abonnement mensuels ou leur baisse à 10 000 LL maximum et que la fraction de minute ne soit pas comptabilisée comme une minute entière. Nous demandons l'annulation des frais de remise en marche de la ligne (15 000 LL), ainsi que la possibilité de pouvoir uniquement recevoir des appels en cas de non-paiement de facture », explique l'Observatoire.
Le groupe a par ailleurs demandé « de mettre un terme à la mainmise des deux compagnies sur le marché des télécoms au Liban et l'ouverture du marché à la compétition ».

La réponse du ministre
Interviewé hier par la chaîne LBC, Jamal Jarrah a indiqué qu'il n'avait pas fermé son téléphone, car il n'était pas convaincu par cette démarche. Il a déclaré avoir toutefois transféré les demandes du groupe aux unités spécialisées dans les compagnies de télécoms et demandé un rapport détaillé sur le sujet.
« Le groupe aurait pu venir me voir avant de lancer cette opération » , a lancé M. Jarrah, avant d'ajouter : « Il s'agit d'une campagne politique dont on connaît la source et le but. J'ai entendu dire qu'ils étaient financés par un groupe particulier, mais j'espère que c'est faux et que c'est une action purement citoyenne. »
M. Jarrah a enfin affirmé à la LBC qu'il allait travailler à la mise en place d'un cahier des charges et d'un appel d'offres pour la téléphonie mobile le plus vite possible. Il a également souligné dans un communiqué qu'il avait commencé à travailler avec une équipe d'experts, depuis sa prise de fonctions, afin d'améliorer la qualité de l'internet.


Le groupe Observatoire de la société civile a demandé hier aux citoyens de fermer leurs téléphones mobiles pendant 24 heures, en guise de protestation contre les coûts des télécoms dans le pays et la « mainmise » des compagnies Alfa et Touch sur le marché.
Un appel aux propriétaires de téléphone mobile avait été lancé il y a quelques jours sur les réseaux sociaux et...

commentaires (0)

Commentaires (0)