Moyen Orient et Monde

L’Iran demande à la Turquie de ne pas « compliquer la situation »

OLJ
06/01/2017

L'Iran a appelé la Turquie à ne pas « compliquer davantage la situation » en Syrie à la suite de remarques du chef de la diplomatie turque qui a accusé les alliés de Téhéran d'être responsables des violations du cessez-le feu dans ce pays. « Les remarques non constructives de responsables turcs ne feront que compliquer davantage la situation actuelle et accroître les problèmes vers la solution politique à la crise syrienne », a déclaré mercredi soir Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.
Mercredi, le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, avait lancé un avertissement au régime du président Bachar el-Assad et à ses alliés, l'Iran et la Russie. « Quand nous regardons qui commet ces violations (du cessez-le-feu), nous voyons que c'est le Hezbollah, en particulier, les groupes chiites et le régime » d'Assad, a-t-il dit, en appelant l'Iran à « faire pression sur les milices chiites et le régime ». Il a estimé que si ces violations par les mouvements soutenus par l'Iran en Syrie, dont le Hezbollah, ne cessaient pas, le processus de négociations prévues fin janvier à Astana sous l'égide de la Russie, de l'Iran et la Turquie, « pourrait échouer ».
Un haut responsable iranien, Alaeddine Bouroudjerdi, se trouvait mercredi à Damas où il a rencontré M. Assad et renouvelé le soutien de son pays au régime, selon les médias officiels.
Le soutien militaire russe, iranien et du Hezbollah pro-iranien a été crucial dans les succès des derniers mois du régime face aux rebelles, en particulier à Alep.
Une dizaine de groupes rebelles ont annoncé lundi le gel de leur participation aux préparatifs de négociation de paix d'Astana, après avoir accusé le régime de violations du cessez-le-feu entré en vigueur le 30 décembre. Mais, selon le porte-parole de la diplomatie iranienne, ce sont « les groupes armés d'opposition » – dont certains sont soutenus par la Turquie – qui sont à l'origine de violations « répétées » du cessez-le-feu. Il a demandé à Ankara de « prendre les mesures nécessaires » pour faire cesser ces violations, « et s'abstenir de prises de position fausses et d'accuser les autres ».

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants