Dernières Infos

Proche-Orient : la question de la colonisation n'est pas majeure, selon Londres

AFP
30/12/2016

La paix entre Israël et la Palestine ne peut être négociée en se focalisant uniquement sur la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés, a estimé jeudi le gouvernement britannique réagissant au discours de la veille du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

La Grande-Bretagne soutient une solution à deux Etats et considère comme illégale la construction par Israël de colonies dans les territoires palestiniens, a affirmé le porte-parole de la Première ministre britannique Theresa May. "Mais il est clair que la colonisation est loin d'être le seul problème dans ce conflit", a-t-il ajouté. "En particulier, le peuple d'Israël mérite de vivre sans craindre la menace terroriste, à laquelle il est confronté depuis trop longtemps", a déclaré le porte-parole dans un communiqué.

Ces déclarations interviennent au lendemain d'un discours de John Kerry condamnant la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés, qui met en péril selon lui un règlement du conflit.
Sans faire directement référence aux déclarations de M. Kerry, cette prise de position britannique apparaît comme une critique du discours du secrétaire d'Etat américain.

"Nous ne pensons donc pas que la meilleure façon de négocier la paix est de se concentrer sur un seul problème, dans ce cas ci la construction de colonies, alors que le conflit entre Israël et la Palestine est infiniment plus complexe", a ajouté le porte-parole de Mme May. "Nous ne pensons pas qu'il soit opportun d'attaquer un gouvernement allié et démocratiquement élu. Notre gouvernement estime que les négociations peuvent réussir uniquement si elles sont menées par les deux parties, avec le soutien de la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Une résolution condamnant la colonisation israélienne a été adoptée le 23 décembre par le Conseil de sécurité de l'Onu, provoquant la colère de l'Etat hébreu. Pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis n'ont pas mis leur veto à une résolution sur ce sujet. Cette abstention a permis l'adoption de la résolution, approuvée par les 14 autres membres du Conseil de sécurité.

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Perdra-t-on le Liban sur un coup de poker ?

Bilan de Scarlett HADDAD

Pour Marine Le Pen, une visite libanaise haute en symboles, même à Dar el-Fatwa !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.