Dernières Infos

L'armée syrienne contrôle 90% d'Alep-Est après s'être emparé d'un nouveau quartier

AFP
12/12/2016

L'armée syrienne s'est emparée lundi d'un grand quartier du sud-est d'Alep et contrôle désormais 90% des quartiers Est auparavant tenus par la rébellion, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les forces du président syrien Bachar el-Assad ont pris le contrôle tôt lundi matin du quartier de Cheikh Saïd, où de violents combats se déroulaient depuis dimanche après-midi, selon l'OSDH.

"L'armée contrôle désormais totalement Cheikh Saïd", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH: "Les forces du régime syrien contrôlent maintenant 90%" d'Alep-Est, qui était jusqu'à récemment un bastion de la rébellion syrienne, a-t-il ajouté.

Seconde ville du pays et ex-capitale économique de la Syrie, Alep était coupée en deux depuis 2012, entre l'Est tenu par les rebelles et l'Ouest sous contrôle gouvernemental.

En moins d'un mois, une offensive foudroyante de l'armée, soutenue par des combattants venus d'Iran et du Hezbollah  ainsi que par de violents bombardements aériens syriens et russes, a chassé les rebelles de l'essentiel du territoire qu'ils tenaient dans la cité.

Des frappes aériennes ont touché les quartiers rebelles tout au long de la nuit, jusqu'à l'aube, a précisé l'OSDH.

Au moins 413 civils ont été tués à Alep-Est depuis le début de l'offensive le 15 novembre, tandis qu'au moins 139 autres ont péri à cause de tirs de roquettes rebelles sur les quartiers Ouest, selon l'Observatoire.

Déclenché en mars 2011, le conflit syrien a fait plus de 300.000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué