X

Liban

Arrestation de Kamel Amhaz : Réglement de comptes ou décision du Hezbollah ?

justice
17/11/2016

L'arrestation, mardi, de Kamel Amhaz, trafiquant de téléphones portables et d'appareils électroniques dans la banlieue sud de Beyrouth, a relancé le débat sur la volonté du Hezbollah de faire la guerre aux activités illégales dans les régions où il a étendu son autorité. Kamel Amhaz, 37 ans, originaire de Nebha (caza de Baalbeck), vendait sa marchandise acquise par le biais de son réseau de trafic, en gros et en détail, dans son magasin de Bir el-Abed et connaissait un succès fou depuis une dizaine d'années, puisque les produits qu'il proposait étaient moins chers que ceux vendus chez les concessionnaires accrédités.

Selon le quotidien as-Safir, M. Amhaz a reçu mardi un appel du directeur du service des renseignements des Forces de sécurité intérieure, Imad Othman, l'invitant à « venir prendre le café » dans les locaux des FSI à côté de l'Hôtel-Dieu, à Achrafieh. Amhaz a alors appelé plusieurs personnes haut placées qui l'ont rassuré que cette invitation était anodine. Il s'est donc rendu au siège des FSI et a été arrêté sur-le-champ. Plusieurs membres de sa famille ont alors brièvement coupé des routes à Baalbeck et dans la banlieue sud, en guise de protestation.

Plusieurs zones d'ombre
Présenté par plusieurs médias comme étant proche du Hezbollah, Amhaz bénéficiait, selon certains, de la couverture politique et sécuritaire du parti chiite qui lui aurait permis de mener son affaire en toute impunité. Sa fortune personnelle est estimée à des centaines de millions de dollars. Pour le journaliste et analyste politique Ali el-Amine, la question est de savoir pourquoi Amhaz a perdu la « protection » dont il jouissait jusqu'à présent. « S'agit-il d'un règlement de compte avec Amhaz ou y a-t-il une décision stratégique qui a été prise par le Hezb de combattre les activités illégales ? » s'est demandé M. Amine.

Beaucoup de zones d'ombre entourent l'arrestation de Kamel Amhaz, d'autant que ses activités illégales sont connues de ses clients depuis au moins une dizaine d'années. Son arrestation est survenue après celle, effectuée il y a quelques jours, de deux officiers des FSI impliqués dans son réseau de trafic. Les officiers Amhaz et Abou Abdallah, experts en déminage en poste à l'aéroport de Beyrouth, ont été arrêtés après la découverte d'une valise contenant de la drogue, dont la propriété est attribuée à Amhaz ou une personne de la famille Dandach, selon certaines sources.

Selon la chaîne LBC, Kamel Amhaz envoyait aux officiers une photo des valises contenant les produits de contrebande, et ces derniers les récupéraient en prétextant un contrôle. À l'intérieur de chaque valise était glissée une autre valise plus petite contenant la marchandise. Les officiers ont avoué avoir facilité, par le biais de ce système, l'introduction de quelque deux millions et demi de téléphones portables, équivalant à 45 millions de dollars. Toujours selon la LBC, ils étaient payés 25 000 $ par valise introduite.

L'affaire impliquant des membres de l'institution militaire, Amhaz est aujourd'hui tributaire de la décision du tribunal militaire qui devrait annoncer dans les jours à venir s'il sera libéré ou gardé en état d'arrestation. « Bien sûr, s'il est libéré, ce sera un coup dur pour le Hezbollah parce qu'il a donné l'image de celui qui veut combattre les activités illicites et cela a rassuré les gens », a souligné Ali el-Amine.

« Ce genre de situation constitue aujourd'hui un poids pour le Hezb. Les habitants de la banlieue sud et des régions où se trouve le Hezbollah sentent qu'ils sont supérieurs à l'État et qu'ils peuvent contrevenir à la loi. C'est une façon d'agir qui a été encouragée par le Hezb à un moment donné, a expliqué M. Amine. Avec le temps, ce genre de situation a noyé le Hezb et il a maintenant besoin d'aide. De plus, la régression de la situation sociale et économique a fait qu'il y a aujourd'hui un groupe de jeunes affiliés au parti de Dieu qui n'ont ni boulot ni avenir, mais qui pensent qu'ils sont plus forts que l'État, a-t-il ajouté. Par ailleurs, le mode d'existence "milicien" a été exacerbé par la guerre en Syrie. Le Hezbollah recrute aujourd'hui des jeunes en masse. Cette situation porte désormais beaucoup de répercussions négatives », a indiqué M. Amine.

Le site d'informations Janoubia rappelle par ailleurs qu'en 2014 Kamel Amhaz et son frère Issam, qui dirigeaient la compagnie Stars Group Holding (et dont le nom aurait été changé depuis), ont été accusés par le Bureau américain de contrôle des biens étrangers (OFAC) d'avoir utilisé leur société pour acheter du matériel de communication et des moteurs employés dans le développement, par le Hezbollah, d'avions sans pilotes ayant servi pour combattre en Syrie et pour espionner Israël.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ERADIQUER LA DESOBEISSANCE OU LA CONCURRENCE ?

FAKHOURI

Ah, Hezbollah, Hezbollah, quand tu nous promène sur tes nuages divines ..... ça sent le dollars a plein nez !!!! que ces dollars soient de provenance iranienne ou américaines , ou tout autre provenance, c'est tout bon pour toi....
pour faire la guerre et vivre en comité restreint à se partager le magot
Pendant ce temps, la misère est bien présente parmi la population du Sud sous ton joug
Ya Haram

Tabet Karim

rififi chez les voyous......on sait comment ca va finir.....dans ls oubliettes....

Irene Said

Tiens...tiens, le "super-parti-de-DIEU" couvrant un trafiquant, sans oublier certainement, au passage, d'exiger la dîme pour chaque affaire conclue !
Cela faisait partie de "l'argent liquide" évoqué par Monsieur Hassan Nasrallah dans ses discours ?

Comme quoi, ce "super-parti-de-DIEU" est exactement comme les autres composantes officielles de notre belle société libanaise et on peut difficilement lui faire confiance.

Dommage...quand on nomme son parti "parti de DIEU" on devrait être plus respectable que les autres...non ???
Irène Saïd

Yves Prevost

La question est: pourquoi Amhaz a-t-il perdu la couverture du Hezbollah?
Quant à "combattre les activités illégales", nous n'y croirons que lorsque le Hezbollah commencera par rentrer lui-même dans la légalité, en remettant ses armes aux autorités légales, seules habilitées en posséder.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué